Les Québécois toujours en faveur du maintien du monopole de la SAQ

La moitié des Québécois [50 %] disent préférer que le commerce de l'alcool demeure le monopole d'une société d'État. Par contre, 41 % aimeraient que ce soit confié à des entreprises privées, et 9 % ne savent pas ou refusent de répondre.

C'est le résultat d'un sondage mené par la firme Leger Marketing pour le compte de l'Institut économique de Montréal [IEDM]. Cet organisme fait campagne pour la privatisation de la SAQ.

L'Institut avait fait faire un même sondage en septembre dernier, où les Québécois étaient bien plus nombreux à être en faveur du maintien du monopole [63% contre 30 %].

Ce qui fait dire au directeur de l'IEDM, Valentin Petkantchin, que «le scandale de la fixation du prix des vins révélé par La Presse et tout le débat public qu'il a soulevé semble avoir eu un impact notable sur l'attitude des Québécois envers la SAQ.»

M. Valentin note que les résultats du sondage montrent un certain attachement des Québécois envers la SAQ. Il propose alors certaines modifications au régime actuel de commercialisation des alcools dans la province. Il suggère d'instaurer un système mixte privé et public.

«Ainsi, la SAQ demeurerait une société d'État, mais le gouvernement permettrait à de nouveaux joueurs, et aux joueurs déjà présents comme les épiceries, d'offrir aux consommateurs québécois la totalité de la gamme des produits de la SAQ. Les Québécois pourraient ainsi comparer la performance des détaillants privés avec celle des succursales de la SAQ», dit M. Petkantchin.

Vous pouvez répondre à cette même question sur le Sondage maison de Vin Québec.


Sondage de l'IEDM [PDF]
Site web de l'EIDM