SAQ : même vin, deux prix !

Vous est-il arrivé de voir un même vin à deux prix différents à la SAQ ?

Oui, ça arrive à l’occasion. Un même vin, mais à deux prix différents à la même succursale, ou dans deux succursales ou encore pire : en ligne.

La différence peut être de plusieurs dizaines de dollars.

C’est le cas actuellement, entre autres, pour le Château Pichon Baron 2017 à 273,75 $ et à 235 $. Ce vin est offert en ligne dans le site de la SAQ, mais à près de 40 $ de différence !

C’est aussi le cas pour le Chateau Gazin 2017 à 166,25 $ et à 147 $.

Le Château Latour-Martillac 2017 est même affiché à 3 prix différents : 67,25 $ et 62 $ dans la même succursale de Lévis et 69 $ en ligne. Il est plus cher en ligne !

Le Pichon Longueville Contesse 2017 est à 256,50 $ et 225 $.
Et le Roc de Cambes 2017 à 124,25 $ dans 27 magasins, mais à 110 $ en ligne!

Ce fut le cas aussi en février pour le Château Les Carmes 2012 à 188,25 $  et à 118 $.

Là, la différence était de 70 $. Imaginez votre déception si vous n’achetez pas le bon.

Vous trouverez aussi le fameux Mouton Rothschild 2015 à 1083 $ à la succursale du 440 De Maisonneuve à Montréal, mais vous le verrez à 1034 $ au 1450 de la Montagne toujours à Montréal, ainsi qu’à Mont-Tremblant et iles des Soeurs et ailleurs.

Comment expliquer de si grandes différences de prix pour un même produit. À la SAQ, on m’a déjà expliqué qu’il peut arriver qu’un même vin soit acheté de deux fournisseurs différents. Le gars de la SAQ lui donne alors deux numéros de produit différents. Ce qui peut être souvent le cas pour les grands vins de Bordeaux.

Il peut arriver aussi qu'un vin soit acheté par la SAQ en caisse de 12 et aussi en caisse de 6 bouteilles. Le prix de vente pourrait là aussi être différent, même si on vous le vend à l'unité !

Dans le commerce en général le détaillant harmonisera les prix, mais pas à la SAQ. Il ne faut pas oublier que ce sont là des bureaucrates qui achètent et qui vendent. Eux, ils fonctionnent au pourcentage. Alors, ils ajoutent automatiquement le pourcentage au prix d’achat du vin et tant pis pour le consommateur.  

N'est-ce pas un peu ridicule ?

Le consommateur doit donc être prudent et bien vérifier les prix avant d’acheter auprès de notre cher monopole d'État.