Purger les AOC du tiers des producteurs

Que-ChoisirUne association de défense des consommateurs français demande d'exclure le tiers des producteurs des appellations d'origine contrôlées (AOC).

L'association Que-Choisir affirme que 30 % des producteurs qui utilisent le label AOC en sont indignes.

Après une enquête auprès de membres de la filière vinicole, le groupe demande d'imposer un contrôle gustatif pour avoir le droit de mentionner l'AOC sur son étiquette. «Parce que c'est le stade le plus représentatif de la qualité du vin tel qu'il est bu par le consommateur.»

De plus, le groupe de défense des consommateurs demande qu'on confie la gestion des contrôles de qualité à des organismes indépendants. «Car seule une tierce partie indépendante, peut garantir la crédibilité du système de contrôle des AOC.»

Enfin, il propose de «déclasser une proportion significative des productions (...) qui ne méritent pas l'AOC du fait de leur faible niveau qualitatif ou de leur faible lien au terroir.»

On propose aussi de séparer les vins de terroir des vins de caractère international.

 

La perte de crédibilité de l'AOC s'explique aussi par la coexistence au sein de l'appellation de deux types de vins ayant des rapports qualité/prix différents et qu'il faut désormais séparer de manière officielle : d'une part des vins ayant su garder un lien fort avec leur terroir et répondant à la définition originelle des AOC, d'autre part des vins moins typés, répondant à une nouvelle demande du marché, mais qui ont vocation à se développer hors de l'AOC. En distinguant ces deux catégories par deux appellations distinctes, on répondra au double objectif d'éclairer le choix du consommateur et de sauvegarder le patrimoine des AOC.

Risible

 Ce n'est pas sérieux, dit le président de l'INAO, Yves Benard, interrogé sur les ondes d'Europe 1. «Ça me parait tout à fait risible, ce n'est pas sérieux du tout. D'où sort ce chiffre? Ça na pas de sens. »

Le président avoue quand même qu'il y «avait du social» et que ça va changer. «Mais ce qui est vrai c'est que l'agrément était organisé par les agriculteurs eux-mêmes. L'agrément va être donné à un comité indépendant.»

AOC près de la moitié de la production

Selon certains, les vins AOC – système institués en 1936 –devaient être la crème de la crème. Il y a 20 ans, ces vins représentaient 20 % de la production. Ils sont maintenant 44 %.

D'autre part, la plupart des vins – 70 % – étaient étiquetés vin de table, ces derniers ne sont plus que 25 % aujourd'hui. 


Liens externes