Des vins contiennent 30 fois plus d'antioxydants que d'autres

Vous avez tous entendu parler du resvératrol, ce polyphénol antioxydant qui ralentirait le vieillissement de certaines cellules, protégerait du cancer et des maladies cardiovasculaires.

Le vin rouge serait riche en resvératrol. Toutefois, jusqu'à maintenant on avait entendu dire qu'il faudrait boire beaucoup de vin pour avoir notre dose quotidienne idéale de 0,5 mg par jour.

Des vins de Californie ne contiennent que 0,3 mg/l. Donc, il faudrait en boire presque deux litres par jour pour avoir un effet notable.

On apprend maintenant que certains vins renferment 30 fois plus de resvératrol que d'autres.

Le site Internet Le coin bio rapporte que la revue suisse Bon à Savoir a fait analyser le contenue de 30 bouteilles de vin de diverses provenances. La portion de resvératrol va de 0,3 mg/l à 9,2 mg/l. Sept des 30 vins contiennent même plus que la dose quotidienne.

Lecoinbio.com écrit que «les vins de culture biologique étudiés contiennent en moyenne deux fois plus de resvératrol que les vins conventionnels, avec 4,6 mg/l contre 2,5 mg/l.» L'article ajoute que les vins de climats froids ont aussi plus de resvératrol.

Toutefois, lorsqu'on consulte le tableau des résultats, cette conclusion n'est pas si évidente. L'échantillon est réduit. Il y a beaucoup de vins suisses, ainsi que des vins bios et de pays chauds dans les deux sections.

C'est tout de même intéressant et il y a là une piste à approfondir. Malheureusement, l'article ne dit pas si ces vins au fort contenu antioxydant ont aussi un meilleur goût que les autres!

Les résultats de cette étude semblent contradictoires. En effet, il est plus facile de produire des vins bios dans les régions chaudes. Il y a là moins de champignons. Dans plusieurs de ces régions chaudes (Provence, Languedoc, Grèce), on produit bio naturellement et on ne s'en vante pas toujours.

Pendant ce temps, en Espagne, des producteurs de la Rioja se sont lancés dans un projet de recherche sur la fabrication de vin riche en polyphénol. Ils se basent sur l'hypothèse voulant que plus la vigne est stressée plus elle produit des polyphénols. D'autres études disent que plus il y a d'attaques de champignons (régions froides), plus le raisin crée ces polyphénols afin de se protéger.