Où sont les vins ?

Frédéric Laurin passe huit ans en Europe. En plus d'obtenir un doctorat en économie en Belgique, il y découvre la quantité étonnante de vins disponibles dans les magasins du plat pays.

De retour au Québec, il se dit déçu de voir que notre monopole d'État n'offre que 6200 vins, alors qu'il avait un choix de plus de 16 000 vins en Belgique. La SAQ contrôle «avec un zèle digne d'un régime soviétique, les vins qui seront admis sur le marché.»

Là-bas n'importe qui ou presque peut ouvrir une boutique de vin, les supermarchés vendent des vins de qualité, les Belges peuvent acheter du vin de France et d'ailleurs par Internet. Pourquoi pas ici? Pourtant, nos deux marchés, nos deux sociétés ont beaucoup de similitudes.

Le sous-titre de son livre est : «Le problème de la distribution du vin au Québec.»

Pourquoi des employés de l'État sont-ils les seuls à décider quels vins seront disponibles aux consommateurs québécoi