Informations

POUR UNE CHARTE DES JOURNALISTES DU VIN

Un journaliste pigiste de France lance le projet de créer une charte des journalistes des vins et des spiritueux. La mise en place d'une telle charte «me semble une nécessité» écrit Fabien Humbert sur un blogue ethic'vin.

Il écrit «nous sommes entourés de loups (...)
Chaque jour ou presque je me retrouve confronté à des choix mettant en balance l’éthique et la déontologie, sans avoir de règle claire et précise à laquelle me référer.»

Il demande «un ensemble de règles simples et claires qui définiraient notre attitude vis-à-vis des annonceurs, des cadeaux, des voyages, des invitations au restaurant, de la relecture des interviews… bref qui nos donneraient un cadre et au final cela rassurerait tout le monde.»

Il dit que «des exemples vertueux existent à nos portes. Les journalistes anglo-saxons sont connus pour leur relative incorruptibilité.»

Fabien Humbert dit que cette charte devrait s'appliquer à la presse spécialisée, mais aussi aux journaux et magazines qui ont des pages consacrées aux vins et spiritueux, aux émissions de télévision et de radio ainsi qu'aux sites internet et aux blogues.

M. Humbert qui collabore, entre autres, à la Revue du vin de France et à Le nouvel Économiste, avoue qu'on lui demande «parfois d’inclure un annonceur dans un article, ou alors on me demande d’inclure telle ou telle marque dans l’espoir qu’elle deviendra annonceur».

Il termine en proposant de mettre en commun les expériences de communicateurs sur le vin pour bâtir une charte volontaire et d'afficher un logo pour indiquer aux lecteurs que le journaliste adhérant est digne de confiance.

Un beau projet! Bonne chance!

  Pour une charte éthique des journalistes des vins et spiritueux, ethic'vin, Fabien Humbert, 12 janvier 2020
  Voir aussi la discussion à ce sujet dans sa page Facebook.
 

Dans la série Déontologie  

Taxes sur l'alcool : 138 % au Québec

Le président américain Donald Trump menace de hausser jusqu'à 100 % les tarifs sur les champagnes et autres mousseux de France. Il proteste ainsi contre le projet de taxe française sur les entreprises de commerces électroniques: Google, Apple, Facebook et Amazon.

Le gouvernement américain a déjà imposé en octobre un tarif de 25 % sur les vins français, espagnols, allemands et anglais en rétorsion aux subventions de ces pays à l'avionneur Airbus.

Les Français craignent de plus que cette taxe de 100 % s'applique finalement aussi aux vins non mousseux.

Des taxes de 100 % c'est beaucoup. Mais savez-vous qu'ici au Québec, nos gouvernements atteignent déjà 138 % en revenus de taxes sur les alcools.

Projet de taxe américaine sur les alcools français
100 %
Taxes canadiennes sur les alcools
138 %

 

En effet, la SAQ a acheté en 2019 de l'alcool pour 1,6 milliard de dollars. 1 623 100 000 $
Elle a vendu ces produits 3,3 milliards de dollars. 3 293 900 000 $
Elle a dépensé 525 millions $ en salaires, location d'immeubles,
investissements, bonus des dirigeants et autres.
524 900 000 $
______________
   
Ce qui lui a permis de donner 1,1 milliard $ au gouvernement du Québec.
  C'est la somme exigée au début de l'année par le ministre des Finances.
  C'est ce qui est appelé la taxe théorique.

1 145 900 000 $
 

À cette taxe, s'ajoute la taxe provinciale. 370 200 000 $
Puis la taxe spécifique du Québec sur les boissons alcooliques 259 400 000 $
Ainsi que les droits d'accise et de douane du gouvernement fédéral 245 100 000 $
Et enfin, la taxe fédérale sur les produits et services 185 600 000 $
_______________
  TOTAL DES TAXES 2 200 000 000 $
   
Nos gouvernements ont donc fait 2,2 milliards $ sur des achats de 1,6 milliard $.
Ce qui donne un revenu total de taxes de 138 %.
1 623 100 000 $
2 200 000 000 $
138 %

Donc, nous taxons déjà plus (138 %) que ce que le président américain menace de faire (100 %).

Toutefois, comme nous le fait remarquer dans un Tweet Mirène de Lorgeril, présidente de l'AOC Languedoc «pour les USA la distorsion de concurrence serait terrible vis-à-vis de presque tous les vins!»

En effet, contrairement aux États-Unis où cette taxe s'appliquerait aux seuls alcools français. Nous au Québec nous taxons tout le monde également (sauf les vins et bières locales, ce qui enrage déjà les Américains et les Australiens).

__________
   Ces chiffres sont tirés du dernier rapport annuel de la SAQ.

Apportez votre vin au restaurant - les débuts

Voici un reportage très intéressant du service des archives de Radio-Canada sur les débuts de l'opération «apportez votre vin» dans les restaurants de Montréal. Un début controversé, mais qui a gagné la faveur du public.


Les restaurants brochetteries des rues Duluth et Prince-Arthur à Montréal ont été les premiers à
développer le concept « apportez votre vin ». Photo : Radio-Canada

 

Les restaurants qui permettent d'apporter son vin, les AVV, ont deux avantages pour le consommateur. Premièrement, cela permet d'avoir des vins de qualité à meilleur prix et la facture totale est beaucoup moins élevée.

Il y a environ 1500 restaurants AVV dans la province de Québec: dont environ 300 à Montréal et presque autant sur la Rive-Sud de Montréal; un peu moins de 100 à Québec; une soixantaine à Laval; une trentaine à Sherbrooke et seulement 16 à Gatineau. Il y aurait environ 6500 restaurants qui vendent du vin au Québec.

Les restaurants qui vendent du vin font en général de 20 à 30 % de leur chiffre d'affaires avec l'alcool et pour certains plus de 40 % de leurs bénéfices sont dus à la vente de vin.

Malheureusement, cette vogue ne s'est pas beaucoup répandue en dehors des régions de Montréal et de Québec.

Les débuts des restaurants « apportez votre vin » à Montréal.
Texte et quatre vidéos.
Radio canada 14 janvier 2020.
 

   Liste des permis de la Régie des alcools du Québec.

Beaucastel: le Château ou Coudoulet

Coudoulet et Château de Beaucastel 2009
Côtes-du-Rhône et Chateauneuf-du-pape
.

Dégustés à l'aveugle ces deux vins du même producteur et du même millésime 2009 — Coudoulet de Beaucastel 2009 et Château de Beaucastel 2009 — nous ont encore surpris.

Le préféré des six dégustateurs expérimentés a été le Coudoulet (28 $) qui est trois fois moins cher que son grand frère le Château (90 $)!

Le Coudoulet a été jugé élégant, fin, racé, savoureux et très agréable à boire. Le Château a été décrit comme étant gras, ample, très fruité et un peu pâteux. Le Coudoulet semble plus fait pour amateurs de vin au palais européen; alors que le Château est plus du type palais américain.

C'est la deuxième fois que le Coudoulet dépasse le grand vin de Beaucastel. En octobre, c'était ces deux vins du millésime 2010 qui étaient comparés. En effet, lors d'une dégustation à l'aveugle, des membres de l'Académie du vin de l'Outaouais avaient préféré eux aussi le Coudoulet. (Voir Les vins chers sont-ils vraiment meilleurs?)

Ces résultats avaient causé un certain émoi outre-Atlantique où des spécialistes du vin nous ont traités d'incompétents. «Préférer Coudoulet au Châteauneuf, c’est quand même un aveu d’incompétence ! » écrit Olivier Borneuf de l'Académie du vin de Paris. (Des vins et des prix.) D'autres ont dit que l'exercice ne prouve rien.

Ça ne prouve que des dégustateurs
ont préféré à l'aveugle un vin moins cher au plus cher
de la même maison
à deux reprises
.

Si la dégustation avait été faite à étiquette découverte, les résultats auraient pu être différents. On pourrait aussi dire que ces mêmes vins dégustés dans quelques années donneront des résultats différents. Oui, c'est étonnant et c'est surtout instructif.

Les vins chers ne sont pas toujours les meilleurs.

Encore bravo à la famille Perrin qui fait un très beau vin dans l'appellation Côtes-du-Rhône autant que dans l'appellation Châteauneuf-du-pape. (Vous pouvez consulter les fiches techniques des deux vins ici et ici au format PDF)

Pas de géolocalisation de vin en succursale SAQ

Il y avait erreur dans la communication!
Contrairement à ce qui a été écrit, il n'y aura pas de géolocalisation de vins dans les succursales de la SAQ.

Dans son communiqué destiné aux agents et fournisseurs, la SAQ dit que «rapidement il sera déjà possible de constater un site revampé pour vous faciliter la vie; La géolocalisation des produits en succursale; etc.»

Eh bien aujourd'hui, le service de la relation de presse de la SAQ nous dit qu' «il n’est pas prévu que les clients puissent trouver l’emplacement d’une bouteille dans une succursale, ni en février ou éventuellement.»

Le communiqué aux fournisseurs aurait dû mentionner plutôt «meilleure géolocalisation des succursales» et non des produits en succursales.

Donc, dans quelques semaines, la SAQ procèdera à une mise à jour de sa plateforme de commerce électronique, mais il n'y aura pas de géolocalisation de produits en succursale.

Les meilleurs rapports qualité-prix en 2019

Voici les vins qui ont été les meilleurs rapports qualité-prix au cours de l'année 2019.

Nom Région Cote Prix
Vau Vintage 1999 Sandeman Porto 4,0 25,75$
Château Musar Jeune 2016 Liban 4,0 26,35$
Château Kefraya 2013 Liban 4,0 27,35$
Chinon, Les terrasses, Béatrice et Pascal Lambert 2017 Loire 3,5 24,60$
Rolly-Gassmann, Moenchreben de Rorschwihr, Auxerrois 2007 Alsace 3,5 25,55$
Cébène, Ex Arena, Brigitte Chevalier 2016 Languedoc 3,5 25,85$
Il Molino di Grace, Chianti Classico, Riserva 2015 Italie 3,5 25,90$
Pech Redon, L'Épervier 2015 Languedoc 3,5 25,95$
Pata Negra Cava Bio Espagne 3,0 12,70$
Mavrodaphni de Patra, Kourtaki Grèce 3,0 14,70$
Alpataco, Pinot Noir 2017 Argentine 3,0 15,95$
Castelgufo Chianti Reserva 2015 Italie 3,0 16,30$
Cabral, Carácter, Porto Reserva Especial Porto 3,0 16,85$
Chevalier de Dyonis, Pinot noir 2017 Roumanie 2,5  9,55$
Ventoux Réserve des Challières, Bonpas 2018 Rhône 2,5 12,20$
Pegoes Rouge 2018 Portugal 2,5 12,90$
Beau Bonhomme 2018 Espagne 2,5 12,95$
Fonte do Nico 2017 Portugal 2,0  8,20$
Vinaria din Vale, Pinot Noir 2016 Moldavie 2,0 10,10$
Vale da Judia 2018 Portugal 2,0 10,15$
Carrelot des Amants Blanc 2018 Sud-Ouest 2,0 10,45$
Santi Nello Pinot noir 2017 Italie 2,0 10,60$
Lupi Reali, Organic, Montepulciano d'Abruzzo 2017 Italie 2,0 11,35$
Borsao, Garnacha 2017 Espagne 2,0 11,80$
Monasterio de Las Viñas, Crianza Cariñena 2015 Espagne 2,0 11,80$
Borsao rosé 2018 Espagne 2,0 11,85$
Listel Gris Rosé 2018 Languedoc 2,0 11,90$

 

Statistiques de Vin Québec 2019

Le site vinquebec.com a été utilisé par 235 000 personnes en 2019. C'était 221 000 l'année précédente.

C'est ce que nous dit le relevé de fréquentation du site établie par Google Analytics.

Vin Québec a en général 20 000 utilisateurs par mois. Le mois le plus actif a été décembre avec 32 800 utilisateurs. Chaque jour, il y a plus ou moins 1000 personnes qui utilisent le site.

 

Pages vues
Utilisateurs  235 000
Sessions     399 900
Pages vues  701 900

Les 235 000 utilisateurs du site ont fait 399 900 visites dans le site et ont vu plus de 700 000 pages.

 

Selon Google Analytics, les visiteurs du site sont surtout dans les classes d'âge de 25 à 34 ans et de 18 à 24 ans. Ils sont à 54 % masculins et à 46 % féminins.

 

Canada 199 000  85 %
France   18 425    8 %
États-Unis 3200
Belgique 3200
Suisse 1800
Italie  580

Provenance des visiteurs

La plupart des visiteurs proviennent du Canada; soit 85 %.

Un peu moins de 8 % viennent de France.

La plupart des autres proviennent d'Europe.

 

Mobile 48 %
Desktop  36 %
Tablette   15 %

Les appareils utilisés
Les appareils mobiles sont depuis 2 ans plus utilisés que les ordinateurs de bureau pour consulter le site. En 2016, c'était desktop 46 %; mobile 34 % et tablette 19 %.

 

Navigateurs utilisés
Safari 42 %
Chrome 40 %

Les navigateurs les plus utilisés sont Safari (42 %) et Chrome (40 %)

 

Recherche internet 82 %
Accès directs 14 %
Réseaux sociaux 2 %
Sites référants 1,6 %

Canal
La grande majorité des visiteurs atteignent le site en faisant une recherche dans un moteur de recherche. Très peu proviennent des réseaux sociaux; soit 2 %.

 

Les pages les plus visitées
Les pages et sections qui ont été les plus consultées au cours de l'année 2019, après la page d'entrée, sont les suivantes:

Le site vinquebec.com existe depuis mars 1997.
Notre mission : découvrir, apprécier, apprendre et informer.

TAUX DE SUCRE DANS LE VIN: INDICATION DE L'ACIDITÉ

La Société des alcools du Québec indique le taux de sucre dans le vin depuis 2015. C'est le chroniqueur vin du journal Montreal Gazette, Bill Zacharkiw, qui aurait convaincu le président de la SAQ de l'époque, Alain Brunet, d'ajouter la teneur en sucre aux fiches des vins dans le site internet de la société d'État. Cette teneur en sucre est aussi indiquée sur les rayons de la SAQ.

La société des alcools de l'Ontario (LCBO) faisait la même chose depuis un certain temps.

SUCRE OU ACIDITÉ

Depuis ce temps, cette indication semble devenir assez populaire auprès d'une partie de la clientèle. Toutefois, elle est interprétée bien différemment de ce qui était prévu à l'origine. En effet, elle est maintenant comprise comme étant une indication du niveau d'acidité dans le vin, surtout en ce qui concerne les vins rouges. C'est un étrange retournement!

Le monde du vin se divise en deux : les amateurs de vin de style Nouveau Monde et ceux qui préfèrent les vins de type européen. Ou dit autrement: les amateurs de vins bien fruités et ceux qui préfèrent les vins plutôt acides. Ou encore entre ceux qui préfèrent les Liano, Yellow Tail et Ménages à trois et ceux qui aiment les vins plus tendus.

C'était plus simple il y a quelques années, mais depuis quelque temps, des producteurs européens font aussi des vins de type Nouveau Monde et quelques producteurs du Nouveau Monde font quelquefois des vins de style européen.

Alors, comment s'y retrouver?  — En regardant le taux de sucre!

Les amateurs de vins européens détestent tomber sur un vin de style Nouveau Monde, qu'ils qualifient de mou, de pâteux, d'épais, de sucré. Ils préfèrent les vins vivaces, vifs, voire croquants et tendus.

En fait, ces vins de type Nouveau Monde ne sont pas très sucrés — de 6 à 15 grammes au litre — mais ils sont plutôt peu acides. Ils contiennent peu d'acidité et leur pH est souvent supérieur à 3,6. Mais comme ni le taux d'acidité ni le pH ne sont indiqués, ces amateurs se fient aux taux de sucre pour deviner si le vin est mollasson ou bien tendu.

PAS PLUS DE 6 G/L

Alors, c'est là que le taux de sucre est indicatif. Au-delà de 5 ou 6 grammes de sucre, le doute survient et la crainte de tomber sur un vin qu'on n'aimera pas.

Les fabricants de vin et les vendeurs de vin, dont la SAQ, donnent peu d'informations aux consommateurs, donc ces derniers doivent se débrouiller et deviner afin de dénicher les vins qu'ils aimeront. Les pastilles de gout peuvent satisfaire les buveurs de vins courants, mais pas les amateurs de vins de spécialité.

Regardez ces vins. Nous constatons que plus le taux de sucre est élevé, plus les vins sont dits veloutés, peu taniques et peu acides. Ils peuvent être bons, mais pas au gout des amateurs de vins français, italiens ou espagnols.

Adega De Pegões Portugal, sucre 4,5 g/l.
Longshot, Cabernet Sauvignon, Californie, sucre 5,2 g/l.
Sonovino, Vino Rosso, sucre 5,7 g/l.
Revolution Red, sucre 10-13 g/l.
Ménage à Trois, 9-15 g/l.
Tauleto, Umberto Cesari 2013, sucre 10 g/l.
Gran Passione, Rosso Veneto 2018, sucre 10 g/l.
Liano, sucre 10 g/l.

Les 3 derniers sont pourtant d'Italie, donc du pays réputé faire des vins bien acides, mais ici ce sont carrément des vins de type Nouveau Monde.

Alors, comment le consommateur peut-il faire une ségrégation? Son seul indice est le taux de sucre. Il suppose alors que plus le taux de sucre est élevé, plus le vin s'éloignera du type de vin qu'il aime. Et bingo! C'est souvent le cas.

L'oenologue Ronald S. Jackson «affirme que 4 g/l de sucre résiduel en vin rouge supprime l'acidité, l'astringence et l'amertume». (Cité par Deneulin et.al)

Voici donc la véritable utilité de cette indication du taux de sucre, du moins pour les vins rouges.

Sucre dans le vin rouge
Moins de 2 g/l  - vin bien sec
Moins de 4 g/l  - vin sec

Alors, l'amateur de vin classique simplifie à l'extrême: si c'est plus de 5-6 grammes de sucre c'est à risque ou carrément à éviter, car ce sera de style Nouveau Monde, donc trop mou, molletonné, pâteux, trop fruité, pelucheux et d'une trop grande sucrosité. Il demande donc au sommelier et au conseiller en vin de la SAQ de lui suggérer un vin qui contient le moins de sucre possible.

DIS-MOI TON pH

L'idéal serait pour eux de connaitre le niveau d'acidité des vins. Il faudrait alors que la SAQ indique le pH des vins. Ce serait alors si simple. Pour les vins rouges, à pH 3,5 et moins c'est acide; au-delà c'est moins acide. Et ça varie de 25 % à chaque 0,1 de pH.

En résumé, pour les vins rouges, l’indication du taux de sucre réducteur des vins de la SAQ est un indicatif du type de vin. En haut de 5 ou 6 grammes, on est possiblement en présence d’un vin de type Nouveau Monde, de vin industriel, de vin d'épicerie, de vin peu acide. Un style de vin qui pourrait ne pas plaire aux amateurs de vins rouges classiques français, italiens ou espagnols.

__________

FORTE HAUSSE DES VENTES DE MOUSSEUX AU QUÉBEC

Les ventes de mousseux se sont accrues de 50 % en 5 ans au Québec.

La hausse est particulièrement spectaculaire pour les proseccos. Cette hausse a été de 147 % pour ces mousseux d'Italie qui talonnent maintenant les cavas d'Espagne qui eux ont connu une croissance de 74 %.

Les crémants de Loire, de Bourgogne, d'Alsace et d'autres régions de France ont vu leurs ventes augmentées de 83 %.

Les Québécois consomment maintenant par année plus d'un million de bouteilles de champagne et environ 1,2 million de bouteilles de cavas et presque autant de proseccos. Il y a de quoi fêter!

Ventes de mousseux au Québec
(équivalent bouteilles de 750 ml)
12 mois se terminant le 7 décembre

2014 - 2019
   2014  2019 +
Champagne 766 000 1 053 000 37 %
Cava 713 000 1 240 000 74 %
Prosecco 477 000 1 177 000 147 %
Crémants 263 000 483 000 83 %
Autres mousseux 3 083 868 3 991 000 29 %
       
    Total 5 305 000 7 946 000 50 %
Chiffres établis selon des données fournies par la SAQ  @vinquebec

Aujourd'hui, il y a 821 mousseux au répertoire de la SAQ, dont 431 champagnes; 59 crémants; 57 proseccos et 49 cavas en plus de franciacortas, clairettes, blanquettes, lambuscos, penedès, et mousseux de saumur, de vouvray et autres.

DES BULLES ET DES PRIX

CE N'EST PAS PARCE QUE C'EST PLUS CHER QUE C'EST MEILLEUR

Le vin n'est pas nécessairement meilleur parce qu'il est plus cher.
C'est le cas particulièrement pour les vins mousseux.

Le prix du vin est souvent très arbitraire. Il est plus déterminé en fonction de la réputation de l'appellation et du producteur que de la qualité du produit.

C'est ce que nous a démontré encore une fois une dégustation organisée par A3 Québec, un regroupement de 65 agences représentant des producteurs de vin.

Voici donc ces vins présentés selon la qualité estimée de chacun de ces vins. Le chiffre de la deuxième colonne indique le rang de présentation du vin.

On voit ici que le prix n'est pas toujours une indication fiable de la qualité du vin. Certains de ces vins seront commentés plus en détail au cours des prochains jours.

Dégustation de presse, A3 Québec
10 décembre 2019
Champagnes et mousseux
  ordre
     
1 38 Champagne Joseph Perrier Esprit de Victoria Extra-Brut Blanc de Blancs ***+ 109,75$
2 36 Pierre Gimonnet & Fils Premier Cru Cuis Blanc de Blancs Champagne, 7 g/L *** 66,75$
3 37 Champagne De Saint Gall Champagne Blanc de Blancs 1er Cru, 8.6 g/L *** 49,75$
4 25 Pierre-Marie Chermette (Domaine du Vissoux) Crémant de Bourgogne Brut, 11 g/L *** 26,95$
5 28 J. Laurens Clos Des Demoiselles Tête De Cuvée 2017 Languedoc, 9.8 g/L *** 22,95$
6 32 Roederer Estate Brut Anderson Valley, États-Unis, 9.8 g/L *** 35,85$
7 11 J.Garcia Carrion La Mancha Pata Negra Cava Bio Cava, 8.1 g/L *** 12,95$
8 44 Drappier Brut Nature Pinot Noir Zéro Dosage Champagne, 3.9 g/L *** 52,00$
9 47 Coeur de Bar, Devaux, Champagne   12 g/l  *** 52,25$
10 40 Champagne Pommery Brut Royal, 10 g/L *** 64,65$
 
     
11 46 Champagne Lallier Grande Réserve Grand Cru, 9.3 g/L **+ 48,00$
12 35 Champagne Delamotte Brut, 9.8 g/L **+ 55,00$
13 34 Champagne Nominé-Renard Brut Blanc de Blancs, 7.8 g/L **+ 44,25$
14 26A Vitteaut Alberti Blanc de Blancs Brut Bourgogne, 11 g/L **+ 25,10$
15 20 Bernard Massard Chardonnay Brut Moselle, Luxembourg, 13 g/l **+ 23,60$
16 18 Segura Viudas Cava Reserva Brut, 9.4 g/L **+ 14,40$
17 6 Santa Margherita Valdobbiadene Prosecco Superiore Vénétie, 11 g/L **+ 18,75$
18 7 Stellina di Notte Stellina Prosecco Vénétie, 10,5%, 17 g/L **+ 15,45$
19 17 Bodegues Sumarroca Brut Nature Gran Reserva 2015 Cava, 3.2 g/L **+ 17,55$
 
     
20 23 Moingeon Prestige Brut Bourgogne, 11,5%, 10 g/L ** 19,85$
21 43 Champagne Taittinger Réserve Brut, 11 g/L ** 58,25$
22 41 Bruno Paillard Première Cuvée Champagne, 7.4 g/L ** 69,00$
23 39 Champagne Nicolas Feuillat Réserve Exclusive Brut,9.9 g/L ** 49,00$
24 29 Dom Moutard Diligent Patrick Piuze Non dosé Bourgogne, 1.6 g/L ** 24,80$
25 14 Segura Viudas Heredad Reserva Cava, 10 g/L ** 30,25$
26 1 Ruffino Prosecco Vénétie, Italie, 11%,  19 g/L ** 16,95$
27 3 Villa Sandi Il Fresco Prosecco Vénétie, 11%, 13 g/L ** 15,45$
28 27 Bailly Lapierre, Crémant de Bourgogne Réserve,  9.1 g/L ** 21,00$
29 31 Château Moncontour, Cuvée Prédilection Brut 2016 Loire, 10 g/L ** 19,80$
30 26B Veuve Ambal Grande Cuvée Brut, Crémant de Bourgogne 12g/L ** 19,10$
31 22 Maison Joseph Cattin Brut Cattin Crémant d’Alsace, 8.4 g/L ** 19,95$
32 5 5 Fiol Prosecco Vénétie, 11%, 16 g/L ** 15,85$
33 16 Juvé Y Camps Reserva de la Familia 2016 Cava 3.2 g/L ** 22,55$
34 30 Maison Antech Cuvée Expression Crémant de Limoux 2017,  11 g/L ** 19,55$
 
     
35 4 Nino Franco Nino Franco Prosecco Brut Vénétie, 11%, 9.9 g/L **- 21,75$
36 24 Ackerman Crémant de Loire Brut, 4.8 g/L **- 20,70$
37 2 Mionetto Treviso Prosecco brut Vénétie, 11%, 10 g/L **- 16,95$
 
     
38 21 Dopff & Irion L'Exception Crémant Brut Pinot Gris 2014 Alsace, 11 g/L *+ 26,00$
39 19 Recaredo Terrers Brut Nature Gran Reserva 2015 Cava, 1.2 g/L *+ 39,75$
40 9 Borges SA Fita Azul Attitude Brut Reserva Portugal, 7.5 g/L *+ 12,25$
41 16 Freixenet Elyssia Côte Méditerranéenne, Espagne, 7.7 g/L *+ 18,75$
 
     
42 8A Nino Franco Primo Franco Prosecco Superiore 2018 Vénétie, bio, 10,5%,10.5 g/L * 28,40$
43 8B Valdo Treviso Millesimato Prosecco 2018 Vénétie, 11%, 17 g/L * 19,70$
44 42 Champagne Nominé-Renard Brut, 9.1 g/L * 39,75$
45 45 Champagne Henriot Brut Souverain, 9.2 g/L * 57,50$
46 12 Père Ventura Clos Amador Brut Reserva Cava , 12 g/L    
   Les 3 bouteilles étaient bouchonnées.
0 14,95$
 
     
 
ROSÉ    
1 53 Renardat-Fâche Bugey Cerdon Rosé, Savoie,  8%, 57 g/L *** 24,85$
2 52 Louis Roederer Brut rosé 2013 Champagne, 10 g/L **+ 102,50$
3 49 Champagne Forget Brimont Premier Cru Rosé, 8.4 g/L **+ 54,50$
4 51 Laurent-Perrier Cuvée Brut Rosé Champagne, 9.5 g/L ** 99,75$
5 48 Champagne Lallier Grand Cru Rosé, 9.6 g/L ** 49,75$
6 50 Bruno Paillard Première Cuvée Champagne Rosé, 7.8 g/L ** 86.25$
7 33 Ruffino Sparkling Rosé Vénétie, 20 g/L * 17,10$
      *** Très bon     ** Bon     * Correct  
5 g/l  indique le nombre de grammes de sucre au litre.

Les vins ont été dégustés lors d'une période de deux heures. Donc, une ou deux gorgées par vin. Certains de ces vins seront commentés plus en détail prochainement.

FORTE HAUSSE DES VENTES D'ALCOOL

Les ventes d'alcool ont fortement augmenté à la SAQ au cours de l'été dernier.

  • Les ventes de boissons panachées ont augmenté de 20 % en volume et de 22 % en valeur;
  • Les ventes de spiritueux ont augmenté de 8,6 % en volume et de 12 % en valeur;
  • Les ventes de vin ont augmenté de 3 % en volume et de 6 % en valeur.

C'est ce que révèlent les derniers chiffres publiés par la Société des alcools du Québec pour le deuxième trimestre se terminant le 14 septembre en comparaison des ventes pour le même trimestre de l'année précédente.

La société d'État a vendu :

  • 40 millions de litres de vin à 573 millions $;
  •  6 millions de litres de spiritueux à 203 millions $.

Les ventes de :

  • vin représentent 78 % des volumes et 71 % des ventes en valeur;
  • spiritueux sont 12 % des volumes et 25 % des ventes en valeur.

Une remontée
La SAQ a vendu 1,3 million de bouteilles de vin de plus que lors du même trimestre de l'année précédente.

Il faut dire que les ventes de vin de l'été précédent avaient été désastreuses avec 1,7 million de bouteilles de moins que lors de l'été 2017.

Au cours de cette année 2018, la SAQ avait vendu 5 millions de bouteilles de moins que l'année précédente. C'est donc une remontée des ventes de vin à la SAQ au cours de ce bel été 2019.

En fin de compte, la SAQ a ainsi haussé son bénéfice de 8 % à ce deuxième trimestre de 2019 comparé au même trimestre de l'année précédente.

______________

Les chiffres pour le 2e trimestre 2018.
Les chiffres pour l'année 2018-2019
La SAQ pousse les spiritueux, avril 2019
Rapport 2e trimestre 2019 SAQ.

LES CANADIENS AIMENT LES BULLES

Les importations de vin mousseux ont plus que doublé au Canada au cours des dernières années.

Les Canadiens seraient tombés en amour avec les bulles !

En effet, nous importions 8,7 millions de litres de mousseux en 2009 et c'est maintenant 17,8 millions. C'est une augmentation de 105 %.

En comparaison, l'augmentation d'importation de vins tranquilles en bouteille a été de 19 %: de 239 à 285 millions de litres.

En 2009, la proportion de vins mousseux importés sur l'ensemble des vins était de 2,7 %. Elle est aujourd'hui de 4,2 %.

Donc, 4 bouteilles sur les 100 que nous importons sont des mousseux.

En dollars, la progression a été encore plus forte passant de 90,9 millions $ à 222 millions %; soit une hausse en valeur de 144 %.

Sur la même période, le prix moyen par litre des mousseux est passé de 10,38 $ à 12,46 $ - une hausse de 20 %. Pendant ce temps, le prix moyen du vin tranquille en bouteille passait de 6,25 $ à 7,75; une hausse de 24 %.

Pendant cette période, la proportion de vin tranquille importé en vrac augmenta de 80 millions de litres à 109 millions de litres, soit de 36 %.

Nous voyons ainsi une nette progression de l'importation de vin mousseux et de vin tranquille en vrac au détriment du vin tranquille embouteillé dans les pays de production. Comme nous le montre le tableau de droite tiré du dernier document de Wine by Numbers édition annuelle 2019.

D'où proviennent ces vins mousseux
Surtout d'Italie. En 2009, nous importions presque autant de mousseux de France que d'Italie, mais aujourd'hui plus du double provient d'Italie, C'est près de 8 millions d'Italie contre près de 4 millions de litres de France. En dollars, par contre, la France gagne avec plus de 100 millions $, contre près de 70 millions $ pour l'Italie.

Si l'on regarde maintenant les derniers chiffres pour les importations pour la première moitié de 2019, nous voyons que le Canada a importé 3,5 millions de litres de mousseux d'Italie, en hausse de 20 %; 1,4 million de litres de France, en baisse de 3 % et près de 1 million d'Espagne en baisse de 4 %.

En dollars c'est 37 millions $ de France (-5 %) et 31 millions d'Italie (+22 %).

Il faut dire aussi que les prix de ces mousseux sont très différents selon le pays de provenance. C'est 27 $/litre de France contre 8,70 $ d'Italie et 7,43 $ d'Espagne.

En terminant cette valse de chiffres, disons que les exportations de mousseux de Champagne vers le Canada ont diminué de 13 % en volume au cours de la première moitié de 2019 à 746 000 litres.

___________
Sources
Wine by numbers annuel 2019
Wine by Numbers janvier-juin 2019

 

Michelin achète la marque Robert Parker

La compagnie française Michelin qui fabrique des pneus du même nom et qui publie le Guide Michelin des restaurants annonce dans un communiqué en anglais avoir acheté 100 % des actions de Robert Parker Wine Advocate (RPWA).

Le Wine Advocate a été fondé par l'avocat et dégustateur de vin Robert Parker en 1978. C'est à la base une lettre d'information d'évaluations de vin qui est devenu un site internet payant le roberparker.com.

Au fil des ans, M. Parker s'est associé de nombreux collaborateurs. Son influence était très grande auprès des producteurs et riches acheteurs de grands crus de Bordeaux. Il a popularisé le système de hiérarchisation de vin de 100 points où 90 points étaient devenus la note de passage pour être considéré comme étant un bon vin et souvent idendifié sur les bouteilles de vin par le collant 90RP.

Robert Parker a vendu sa marque en 2012 à un groupe d'investisseurs de Singapour.

Puis en 2017, Michelin achète 40 % des parts de cette compagnie spécialisée dans les communications sur le vin.

En mai dernier, Robert Parker a pris officiellement sa retraire et s'est retiré du groupe Robert Parker Wine Advocate.

Aujourd'hui, Michelin est donc propriétaire à 100 % de la marque Robert Parker.

Le nouveau patron du service de notation des vins est Nicolas Achard qui était jusqu'à maintenant directeur général, Michelin Food and Beverage Asia. M. Achard affirme aujourd'hui dans un communiqué en anglais que c'est  «une incroyable opportunité de combiner les atouts du Guide MICHELIN et du Wine Advocate. Les personnes intéressées par le vin et la gastronomie se verront proposer un ensemble d’expériences uniques grâce au savoir-faire internationalement reconnu et aux sélections indépendantes et impartiales des deux entreprises.»

    Source : Communiqué de Michelin, Robert Parker Wine Advocate, a Michelin Company, New York, 22 novembre 2019.

Greta et le beaujolais nouveau

Pendant que Greta Thunberg prend le bateau, le beaujolais nouveau prend l'avion.

En effet, des centaines de milliers de caisses de beaujolais nouveau ont été envoyées par avion cette semaine du Beaujolais jusqu'au Japon, en Australie, aux États-Unis et au Canada.

Pas très écologique ce beaujolais! Qu'en penses nos jeunes environnementalistes et le nouveau ministre de l'Environnement ?

Un peu plus de 40 % du beaujolais nouveau est exporté (10 millions de bouteilles) et en bonne partie par avion. Ce qui fait que le prix à destination est très élevé par rapport à la qualité. La SAQ en a fait venir 2230 caisses par avion.

Les vins nouveaux de France affichent des prix de 16,90 $ à 20,95 $ à Montréal; alors que les vins nouveaux qui sont arrivés par bateau d'Espagne et d'Italie sont de 10,95 $ à 11,95 $.

Le beaujolais nouveau de Mommessin avait été annoncé à 15,95 $ la semaine passée. Il est affiché aujourd'hui à 16,90 $.* Il est à noter qu'il est 14,95 $ en Ontario; soit 2 $ de moins ! Est-ce que l'avion plane jusqu'à Toronto?

La LCBO de l'Ontario offre du beaujolais nouveau à partir de 10,95 $.

Quel est le bilan carbone de cette opération ? Qu'en pense Greta Thunberg qui est actuellement prise dans une tempête dans l'Atlantique Nord en direction du Portugal?

(*) Le prix du Mommessin est revenu à 15,95 $ dans le site de la SAQ. Selon la SAQ «Le prix affiché en magasin était le bon, ce n’était que l’affichage du prix sur SAQ.com qui faisait défaut hier, le tout est maintenant corrigé.»
 

Québec, le plus gros exportateur de mout de raisin aux États-Unis !

Nous revenons aujourd'hui sur ces chiffres étonnants mentionnés par l'American Association of Wine Economists (AAWE).

Dans un tableau publié dans Twitter le 29 octobre dernier, le Canada est présenté comme étant le plus gros exportateur de vin en vrac aux États-Unis avec 92,6 millions de litres.
 

Ces chiffres viennent de Comtrade et sont confirmés par Statistique Canada. De plus, d'après Statistique Canada, la plus grande partie de ce vin en vrac provient du Québec; soit 77 millions de litres (Le reste de l'Alberta). C'est très étonnant puisque le Québec ne produit que 3 millions de litres de vin par année et consomme presque tout le vin en vrac qu'il importe; soit 45 millions de litres.

Nous avons suite à cela publié un article sur ce sujet le 30 octobre : Le Canada serait le plus gros exportateur de vin en vrac aux États-Unis

Statistique Canada ne peut expliquer ces chiffres étonnants. Toutefois, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), nous donne maintenant une explication.

Selon le MAPAQ, il s'agit ici de mout de raisin; «ce n'est pas vraiment du vin.»

«Effectivement, la catégorie que vous avez identifiée [Code SH : 220429 : vins de raisins frais, incl. vins enrichis et mouts de raisin dont la fermentation a été arrêtée par addition d'alcool, en conteneurs de> 10 l, (excl. vin mousseux) ] contient surtout les mouts de raisin en vrac destinés à la fermentation. Et le prix des catégories/qualités importées (1,22 $/L) par le Québec est globalement plus élevé que le prix (0,42$/L) des catégories exportées par le Québec. Je répète : ce n’est vraiment pas du vin», nous répond Yohan Dallaire Boily, relationniste au MAPAQ.

Donc, il s'agit de 77,4 millions de litres de mout de raisin destiné à la fermentation.

Mais d'où viennent alors ces millions de litres de mout de raisin. Le MAPAQ n'a pas répondu à cette question.

C'était 9 millions en 2019; 36 millions en 2014 et 77 461 551 litres en 2018. Le mystère reste entier. Il ne s'éclaircit pas, il s'épaissit.

COMPRENDRE LE VIN

Le vin: le comprendre; le connaître; le déguster; le servir: le conserver; ses défauts; ses finances; son marché et la santé...

La notion d'équilibre dans le vin; le goût sucré des vins secs; l'importance du pH; le goût de bouchon; le bio; les sulfites; le vocabulaire du vin; la recherche du vin en succursale; le vin et la santé...

Connaître et comprendre le vin, c'est un processus progressif et continu. Chaque jour sa peine, comme on dit! Nous en apprenons tous les jours!

Voici une série de textes publiés dans vinquebec.com et regroupés par thèmes afin de vous aider à mettre à jour vos connaissances sur ce merveilleux monde du vin.

Il y a ici des articles pour tous les goûts et tous les niveaux. Prenez votre temps. Lisez-les un par jour ou tous à la suite ou dans le désordre... comme vous voulez... en dégustant un bon vin.

 

La dégustation
Connaissance du vin
Le marché du vin au Québec
Le service et la conservation du vin
Défauts et qualités
Santé
Finances (L'argent du vin)
Comprendre la SAQ
Bio
La vigne
Les régions du vin
Déontologie

 

Ces listes d'articles sont mises à jour régulièrement.


LES FAUSSES IMPORTATIONS PRIVÉES

On entend de plus en plus parler des vins dits d'importation privée, qu'on abrège souvent par IP.

Toutefois, ces vins ne sont pas du tout des importations privées. Ils sont importés par la société d'État, la SAQ.

Ces vins sont choisis par des agents promotionnels et titulaires de permis de commandes privées qui demandent à la SAQ de les importer. C'est la SAQ qui paye le producteur (après avoir vérifié si le prix est justement élevé) et qui l'importe au Québec, l'entrepose et le fait livrer dans une succursale. Le client choisit le lieu de la livraison parmi les succursales désignées par la SAQ. Le client paye alors la SAQ et s'il y a lieu la commission de l'agent qui a fait la promotion de ce vin.

La SAQ appelle ce canal de vente: le service de commande privée pour particuliers et pour la restauration.

Il faut dire ici que la SAQ a déjà appelé ce service importation privée.

Il existe toutefois, un vrai couloir d'importation privée. En effet, la SAQ permet à une dizaine d'embouteilleurs locaux d'importer du vin en vrac, de l'embouteiller au Québec et de revendre ces vins en bouteille à la SAQ ou à l'étranger. La Société d'État en vend une partie dans ses succursales et revend la plupart de ces bouteilles aux épiciers. C'est un marché de 657 millions de dollars en ventes brutes. C'est une bouteille de vin sur quatre vendue au Québec.

Les commandes privées totalisent maintenant un peu moins de 150 millions de dollars par année. Ces vins sont pour la grande majorité (environ 75 %) écoulés dans les restaurants.

_____________

POLITIQUE DE COMMANDES PRIVÉES, Version « Titulaires de permis », Adoptée par le conseil d’administration le 4 juin 2010, SAQ. (Document PDF)

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES PRIVÉES, SAQ  (Document PDF)

Baisse de prix à la SAQ

La direction de la Société des alcools du Québec nous annonce une baisse de prix moyen de 5 cents sur ses produits en approvisionnement continu.

La SAQ dit que c'est entre autres dû à la baisse de l'euro. L'euro a baissé de 5 cents depuis mai dernier.

Pourtant en mai 2018, la même SAQ avait haussé les prix de ces vins de 20 cents alors que le prix de l'euro avait augmenté de 1 cent.

Donc, lorsque l'euro augmente de 1 cent, on monte les prix de 20 cents.

Par contre, si l'euro baisse de 5 cents, on baisse les prix de seulement 5 cents !

Allez donc comprendre !

Le prix de l'euro ne cesse de baisser depuis mars 2018. Il était alors 1,60 $; puis 1,56 $ au début de 2019. Il est maintenant de 1,45 $.

 

Taux de change de l'euro - Banque du Canada
deuis le 1 janvier 2019


Banque du Canada


 

Donc, lorsque l'euro augmente un peu, la SAQ augmente beaucoup ses prix.
Par contre, lorsque l'euro baisse beaucoup, la SAQ réduit de très peu ses prix!
 

De toute manière, il reste encore du chemin à faire. La SAQ baisse légèrement ses prix, mais il reste encore bien des vins qui sont beaucoup plus chers au Québec qu'en Ontario.

Le Asproudi, Monemvasia était 19,05 $. Il a été réduit à 18,95 $. Pourtant il est 16,05 $ à la LCBO.

Le Mas las Cabes du Roussillon est réduit de 17,40 $ à 17 $. Il était 15,25 $ à la LCBO.

Et le Terra Rossa à 17,85 $ n'a pas changé de prix. Pourtant il est 15,95 $ à la LCBO.

Il y a quelque chose de vraiment bizarre dans la gestion des prix au monopole des vins de la Belle province!

____________

LES VINS D'OCTOBRE 2019

Les vins publiés au cours du mois d'Octobre

Château Musar 2001 Liban 5,0 65,50$
Château Musar Jeune 2016 Liban 4,0 26,35$
Château Porto Carras, Côtes de Meliton 2009 Grèce 3,5 26,40$
Timorasso, Archetipo Tortonesi 2015 Italie 3,5 29,85$
Poggio al Leone, Morellino di Scansano Riserva 2015 Italie 3,5 29,95$
Cabral, Carácter, Porto Reserva Especial Porto 3,0 16,85$
Griottes, Pierre-Marie Chermette, Beaujolais 2018 Beaujolais 3,0 18,85$
El Fanio, Xarel-lo, Penedèes 2016 Espagne 3,0 21,90$
Petit Chablis, Les Ammenites, François Martenot 2018 Bourgogne 3,0 21,95$
Crémant de Bourgogne Brut, Pierre-Marie Chermette Bourgogne 3,0 26,95$
Épaulé Jeté, Cuvée Trinch, Bourgueil 2018 Loire 3,0 27,00$
Barolo, Terre Del Barolo, Vinum Vita Est 2013 Italie 3,0 29,95$
Chevalier de Dyonis, Pinot noir 2017 Roumanie 2,5  9,55$
Ventoux Réserve des Challières, Bonpas 2018 Rhône 2,5 12,20$
Mil Historias, Garnacha, Manchuela 2018 Espagne 2,5 16,25$
Pansa Blanca, Raventós D'Alella 2018 Espagne 2,5 17,30$
Félines Jourdan, Picpoul de Pinet 2018 Languedoc 2,5 17,95$
Villa Noria, Grand Prestige Rosé, Pays d'Oc 2018 Languedoc 2,5 18,80$
Marques Casa Concha, Cabernet Sauvignon 2017 Chili 2,5 21,45$
Vale da Judia 2018 Portugal 2,0 10,15$
Borsao rosé 2018 Espagne 2,0 11,85$
Hungaria Grande Cuvée Brut Hongrie 2,0 12,60$
La Vieille Ferme Rosé 2018 Rhône 2,0 13,05$
Cabral Reserva Blanc Douro 2018 Portugal 2,0 13,95$
Pinot Noir l’Orangeraie 2018 Languedoc 2,0 13,95$
Gran Passione, Rosso Veneto 2018 Italie 2,0 16,55$
Brolio, Chianti Classico 2017 Italie 2,0 23,55$
Beaumes de Venise, Muscat Rhône 2,0 23,95$
Amphibolite, Muscadet 2017 Loire 2,0 24,75$
Château de la Ragotière, Vallet Muscadet 2015 Loire 2,0 25,50$
Tinedo Cala N.1 Crianza 2016 Espagne 1,0 16,50$
Roditis Natur Tetramythos 2018 Grèce 1,0 19,75$
El Vinculo 2013 Espagne 1,0 23,20$
Les Hauts & Les Bas, Jaulin-Plaisantin Chinon 2016 Loire   23,00$

NON, LES SULFITES NE SONT PAS UN PROBLÈME DANS LE VIN !

ENCORE LES SULFITES !

Il y a des mythes et des légendes urbaines ou rurales qui persistent longtemps dans le monde du vin.

Celle des sulfites en est une bonne, car il n'a jamais été démontré que les sulfites dans le vin puissent causer des problèmes.

Ceci nous amène toute sorte de dérives comme celle des vignerons qui essaient de produire des vins sains en n'ajoutant pas de sulfites ou pas suffisamment.

Les malaises attribués à tort aux sulfites seraient plutôt dus à l'éthanal contenu dans le vin.

Je reproduis ici le texte que j'ai publié en janvier 2017 dans le magazine Le Monde au Naturel, avec leur permission.

Intolérance au vin : le coupable est l'éthanal

La consommation de vin peut causer quelquefois des réactions étranges, indésirables et inquiétantes.

Certaines personnes disent éprouver à l'occasion des sensations de chaleurs ou de rougeurs. D'autres disent qu'elles ont des picotements ou des maux de tête ou d'autres malaises subits tel que de l'hyperactivité nasale. Finalement certains disent que des vins les font tousser.

On a longtemps soupçonné les sulfites d'être responsables de ces réactions. Toutefois, les sulfites ne seraient responsables que des phénomènes de toux. Toutes les études menées sur ce sujet n'ont pu démontrer que les sulfites étaient responsables des autres malaises.

Une étude menée en double aveugle en Australie sur des sujets intolérants au vin a donné 25 symptômes de malaise.

On leur a donné 200 ml de vin dont l'un ne contenait que 9 mg de SO2 total au litre et l'autre en contenait 214 mg dont 134 mg libres. C'est le SO2 libre qui est actif.

Résultat : le vin pauvre en sulfites a causé plus de malaise, soit 13 que le vin qui contenait beaucoup de sulfite qui lui a causé 12 malaises parmi ces 20 personnes.

Il faut donc chercher ailleurs. Les chercheurs se sont alors tournés vers l'histamine et les autres amines biogènes. Des producteurs de vin d'Espagne convaincus que l'histamine était responsable de ces intolérances au vin avaient même décidé de produire du vin sans histamine.

Cependant, les travaux de la docteure Gisèle Kanny ont démontré en 1996 que l'histamine n'était pas responsable de ces malaises ni les autres amines biogènes d'ailleurs. Elle en a fait une thèse de doctorat.

Alors qui est le responsable ?
Ce serait l'éthanal, selon la docteure Kanny. L'éthanal, appelé aussi acétaldéhyde, est produit, entre autres, lors de la fermentation du jus de raisin en vin.

C'est l'éthanal mal digéré par le foie qui est aussi responsable du mal de tête du lendemain. L'éthanal est métabolisé dans notre organisme par une enzyme  : l'acétaldéhyde hydrogénase. Une carence de cet enzyme peut rendre plus difficile la consommation d'alcool. D'ailleurs, ne nombreux Asiatiques qui ont une carence génétique de cet enzyme deviennent tout rouge lorsqu'ils consomment du vin.

Alors que faire lorsque l'on rencontre ces malaises en consommant du vin ?
Il faut cesser de boire ce vin, selon la Dre Kanny qui ajoute que ce n'est pas dangereux. Il faut alors changer de vin.

Mais pourquoi cela se produit-il seulement qu'à l'occasion ?
La consommation de vin est une rencontre entre un produit et un individu. Le produit très complexe qu'est le vin contient des centaines de molécules résultantes de la fermentation et l'individu, lui aussi très complexe, a des dispositions variables selon le moment, selon sa condition physique à ce moment-là, selon ce qu'il a mangé, selon les médicaments qu'il a pris, etc. Donc, ce phénomène peut se produire une fois et ne pas se répéter.

Qu'est-ce que l'éthanal ?
Il est fabriqué, entre autres, lors de la fermentation alcoolique. Il est aussi appelé acétaldéhyde. Il peut être aussi le résultat de l'oxydation de l'éthanol (alcool). Il sentirait la pomme verte, la pomme au four ou l'évent. Il contribuerait à l’odeur du romarin, des jonquilles, de l’orange amère, du camphre, du fenouil, de la moutarde et de la menthe.

Il est produit et consommé par les levures. Certaines en produisent plus que d'autres et certaines en consomment une partie. Il y a plus d'éthanal dans les vins peu acides, c'est-à-dire dans les vins au pH élevé. «Plus un mout est sulfité, plus les levures produisent de l'éthanal», dit l'oenologue Adrien Debaut dans la revue LaVigne no 266. Deux fois plus à pH 4 qu'à pH 3. Toutes les opérations qui aèrent le vin sont susceptibles de produire de l'éthanal par oxydation de l'éthanol.

L'éthanal n'a pas que des défauts. Il assouplit le vin et stabilise sa couleur. Il permet aussi de mesurer la quantité de sulfites nécessaire à la conservation du vin. Il contribue aussi à la saveur du vin.

L'oxydation de l'éthanal donne l'acide acétique et son hydrogénation donne l'éthanol. (Universalis)

Tous les vins contiennent de l'éthanal. Au laboratoire de la SAQ, on nous dit qu'«en moyenne, on mesure environ 20 mg/L d’acétaldéhyde dans le vin. Dans la presque totalité (99%) des vins que nous avons analysés ces 5 dernières années, la teneur en acétaldéhyde mesurée est de moins de 70 mg/L».
De plus, «nos analyses nous ont permis de remarquer que les vins blancs contiennent plus d’acétaldéhyde que les vins rouges. Mais, ce sont les vins élevés sous voile (vin jaune) et les vins de dessert qui en contiennent le plus. »

Santé Canada n'a pas émis de normes maximales pour l'éthanal dans le vin.

  Publié initialement dans Le Monde au naturel, janvier 2018.
  (https://issuu.com/mondenaturel/docs/lman_-_201701) p 54-55.


SULFITOPHOBIE
Alors, est-ce que cessera cette sulfitophobie ?
Des vignerons se vantent de ne pas ajouter de sulfites dans leurs vins, mais ne disent pas combien il en contient déjà. La fermentation peut produire 30 mg de sulfites par litre.
D'autres producteurs nous affirment en ajouter peu, mais combien? Ça, ils se gardent bien de nous le dire­.

Vignerons, producteurs, fabricants et vendeurs de vin, cessez toute cette hypocrisie autour des sulfites et dites-nous tout simplement combien votre bouteille en contient. Ce sera plus honnête.

TROP D'ALCOOL DANS LE VIN

Est-ce qu'il y a trop d'alcool aujourd'hui dans le vin?

Il sont maintenant rares les vins à 12 % d'alcool.

Aujourd'hui, les vins ont souvent à 14 % d'alcool.

Vous vous dites que 14 ce n'est après tout que 2 points de pourcentage de plus que 12.

Toutefois, dans le sang, la différence peut être plus grande.

Faites le calcul en utilisant le calculateur d'alcoolémie d'Éduc'alcool.

Si vous êtes un homme pesant 80 kg (176 livres) et que vous buvez 4 verres de vin de 175 ml au taux d'alcool de 12 % de 19 h à 21 h 30 au rythme de 1 verre aux 30 minutes, votre un taux d'alcoolémie sera à 21 h 30 de 0.077 %. Donc vous pouvez conduire, vous serez juste en bas de la limite légale de 0,08 %.

Toutefois, si les quatre verres de vin font 14 % d'alcool; alors là votre taux d'alcoolémie sera à 21 h 30 de 0,098 %: et vous ne serez pas en état de conduire. Le taux d'alcool dans votre sang aura même dépassé les 0,08 % dès le troisième verre. Et vous ne serez pas en état de conduire légalement avant 23 heures.
 

Quatre verres de vin à 12 % d'alcool
0,077 % à 21 h 30


Quatre verres de vin à 14 % d'alcool
0,098 à 21 h 30


Calcolateur Éduc'alcool

 

Si vous êtes une femme de 70 kilos, il faut enlever un verre à chacun de ces deux tableaux pour arriver aux mêmes résultats. Donc, pour vous mesdames, 3 verres de 12 % d'alcool équivaut à 2 verres à 14 % d'alcool.

La différence entre 12 et 14 degrés d'alcool a beau n'être que de 16,6 %; le résultat au niveau du taux d'intoxication passe de 77 mg d'alcool/100 ml à 98 mg; soit 29 % de plus.

Ainsi, vous pouvez prendre 4 verres de vin à 12 %, mais seulement 3 verres de vin à 14 % pour ne pas dépasser la dose de 0,08 %.

Le réchauffement climatique et les modes de culture et de vinification d'aujourd'hui poussent les taux d'alcool à la hausse. Ils sont ainsi plus rares ces bons vins digestes à 12 % d'alcool.

Faites le calcul avec le calculateur d'alcoolémie d'Éduc'alcool
ou avec le Blood Alcool Calculator de Global R Ph

Il est à noter ici que le taux d'alcool réel est possiblement plus élevé que celui indiqué sur la bouteille. La SAQ tolère une différence de 1 point. Elle fait des tests sur tous les nouveaux produits. Toutefois, elle ne vérifie qu'occasionnellement le taux d'alcool des millésimes suivants. Les producteurs ne changent pas toujours leurs étiquettes chaque année. Ainsi un vin indiqué 13 % depuis 4 ans est peut-être rendu à 14,5 %. Ne vous fiez pas non plus aux taux indiqués dans le site saq.com. Ils sont rarement mis à jour.
En Europe, la limite maximale pour conduire dans la plupart des pays n'est pas de 0,08 %, mais de 0,05 % ou 0,5 g/l.
 

LE CANADA SERAIT LE PLUS GROS EXPORTATEUR DE VIN EN VRAC AUX ÉTATS-UNIS

Le Canada aurait exporté l'an dernier 92,6 millions de litres de vin en vrac aux États-Unis.

C'est considérable! Notre pays devance ainsi maintenant de beaucoup le Chili et l'Australie, selon ce tableau publié aujourd'hui par l'American Association of Wine Economists.
 

C'est un chiffre énorme, surtout lorsque l'on sait que la production de vin au Canada totalisait 160 millions de litres en 2016.

D'où proviennent ces millions de litres? De l'Ontario, de la Colombie-Britannique qui produisent beaucoup de vin? Mais non, selon Statistique Canada, 77 de ces 92 millions de litres proviennent du Québec, soit 83,6 % des exportations de vrac canadien. C'est encore plus étonnant parce que le Québec produit moins de 3 millions de litres de vin.

Les 1 pays en tête pour «décembre 2018» vers lesquels nous avons exporté la marchandise «220429 Vins de raisins,frais,nda;moûts de raisin,ferment empê/arrêtée p alco,cont > 10l» de Québec, sur base douanière, code à 6 chiffres
Rang
Pays

 
2018
Quantité
(LTRx 1 000 000 )
Valeur
($CAN millions)
Commerce
Total Le monde 77 31
1 États-Unis 77 31

  Tableau de Statistique Canada, Date de modification :     2019-10-30

Comment un tel miracle est-il possible?
Le Québec produit moins de 3 millions de litres de vin et en exporte 77 millions de litres. Serait-ce du vin en vrac importé et réexporté? Non, car selon Statistique Canada, seulement 11 000 litres de vin en vrac ont été réexportés de tout le Canada en 2018.

Le Québec importe du vin en vrac, 45 millions en 2018 (pour 55 millions $), toujours selon les chiffres de Statistique Canada. Toutefois, presque tout ce vin est embouteillé et consommé au Québec. La SAQ indique dans son dernier rapport annuel qu'elle en a vendu 41,7 millions de litres aux épiciers. La SAQ en vend aussi dans ses succursales.

Alors, d'où viennent ces 77 millions de litres de vin en vrac que nous exportons aux États-Unis. Ce chiffre ne cesse de grossir. C'était 45 millions en 2015; 10 millions en 2010; 1,5 million de litres en 2007 et seulement 1500 litres en 2006.

Chiffre encore plus étonnant, Statistique Canada indique que ces 77 millions de litres ont été vendus 31 millions de dollars, soit 40 cents le litre.

Et encore plus incroyable, l'Alberta qui ne produit pas de vin, mais du pétrole aurait exporté aux États-Unis 11 millions de litres de vin en vrac.

Par contre, les provinces qui produisent le plus de vin au Canada exportent peu. L'Ontario a exporté 4 millions de litres de vin en vrac pour 5 millions $ et moins de 1 million de litres en bouteille.

Maine et Kentucky
Ces 77 millions de litres de vin québécois seraient exportés surtout au Maine (62 millions L); au Kentucky (10 millions L) et au Missouri (3 millions L). Ceci nous permet de supposer que ce vin est soit destiné à la distillation dans ces états américains ou vendu à ces compagnies soeurs.

Résumé
Résumons tous ces chiffres afin de tenter d'y voir un peu plus clair.

  1. Le Québec importe 45 millions de litres de vin en vrac pour 55 millions de dollars qu'il consomme presque entièrement (41,7 en épicerie) et une partie à la SAQ;
  2. Tout le Canada réexporte 11 000 litres de vin en vrac à la Californie;
  3. Le Québec produit moins de 3 millions de litres;
  4. Mais le Québec exporte 77 millions de litres pour 31 millions de dollars!

D'où proviennent vraiment ces supposés millions de litres de vin en vrac?
Comment sont-ils faits ?

Nous avons demandé en septembre à Statistique Canada de nous expliquer ces chiffres étonnants. On nous a répondu le 12 septembre que «La demande a été envoyée aux États-Unis pour enquête.  Étant donné qu'il s'agit d'exportations vers les États-Unis, nous comptons sur les États-Unis pour enquêter et apporter des modifications aux données. Les États-Unis auront peut-être encore du temps à réagir.»

Nous sommes donc en attente d'une enquête et de réponses sur ces chiffres étranges.

Un mystère que nous appelons Les Noces de Cana (da) !

________


LES VINS CHERS SONT-ILS VRAIMENT MEILLEURS ?

LE COMBAT DES GAMMES

Est-ce que les vins haut de gamme sont toujours meilleurs que les vins de milieu de gamme ?

Autrement dit, est-ce que les vins chers sont meilleurs que les vins moins chers ? Dans une même appellation, est-ce que les vins de plus de 70 et 100 $ sont meilleurs que ceux de 30-50 $ ?

La question est intéressante. La réponse est plus difficile à démontrer. Toutefois, l'exercice est très intéressant. C'est d'ailleurs ce qui a été fait le 9 octobre dernier à l'Académie des vins de l'Outaouais.

Les 16 dégustateurs avaient à juger à l'aveugle 10 vins présentés en 5 volées. Dont, chaque fois deux vins de même région, mais dont l'un était de 2 à 3 fois plus cher.

Je vais présenter ici mes commentaires sur ces vins ainsi que les préférences des participants à l'activité.

 

1ere volée: deux mousseux

Bailly Lapierre Vive-la-Joie 2010   30 $
Très aromatique, brioché comme un champagne. Il goute ce qu'il sent. Jolies bulles fines en bouche. Plus élégant que le Satèn et bien persistant.  Crémant de Bourgogne 

Ca'del Bosco Satèn 2010   74 $
Moyennement aromatique, aromes de biscuit. Très gouteux, très riche, beurré, caramel, costaud, moins de bulles en bouche que le précédent. Alcool marqué. Très long. Plus complexe. Franciacorta   

  71 % des participants à l'activité ont préféré le vin le moins cher.

2e volée: deux vins de Chablis

William Fèvre Chablis Les Clos 2014      124 $
Très beau nez avec une note d'échalote. Très belle attaque. Saveurs d'ananas et de caramel. Alcool marqué. Bien long.  

Jean Dauvissat, Chablis Vaillons 2012    40 $
Foncé, parfumé. Note de patate crue. Léger, peu de fruits, alcool marqué.  

   21 % des participants ont préféré ici le vin le moins cher.

3e - Deux vins de Bourgogne

Clos des Mouches 2009, Chanson     94 $
Petits bonbons acidulés, poivre, cannelle et fumée. Chaleureux et assez complexe. 

Ladoix 1er Cru, Michel Mallard 2009   55 $
Très aromatique, fruité cerise, ferme, un peu asséchant, acide et alcooleux.

   64 % des participants ont préféré ici le vin le moins cher.

4e - Deux vins de Bolgheri en Italie

Caccia al Piano, Ruit Hora 2013      14 euros
Fruits noirs, terre et crème. Riche et costaud. Chocolaté. Une très belle texture d'un beau granulé. Complexe.   

Le Serre Nuove dell'Ornellaia 2011     70 $
Aromatique, menthe. Ample. Très beaux tanins, riche et costaud. D' une pièce. 

   79 % des participants ont préféré le vin le moins cher.


Pour la 5e et derniève volée - deux vins du même producteur

Coudoulet de Beaucastel, Côtes du Rhône 2010   29 $
Très aromatique, cannelle et lavande. Chocolaté, kirch, cuir, bien sec et ferme. Longue finale chocolatée et épicée.   

Château Beaucastel, Chateauneuf du pape 2010   100 $
Beau nez invitant. Ferme et serré. Plutôt d'un pièce, unidimensionnel manque de fruits et un peu asséchant.   

   Ici, 43 % des participants ont préféré le vin le moins cher.

En résumé, j'ai préféré le vin le moins cher 2 fois sur 5 et la pour la moyenne des participants 3 fois sur 5 le vin le moins cher a été jugé le meilleur! C'est tout de même étonnant. Le président de l'Académie du vin de l'Outaouais, Alain Brault, conclut cette dégustation en disant que «l’exercice est rassurant : pas nécessaire d’hypothéquer sa maison pour se monter une belle cave, faut juste savoir choisir».

Donc, un vin plus cher n'est pas nécessairement meilleur et ça peut être le contraire, comme il a été constaté ici dans ce petit échantillon.

Les vins les plus chers le sont souvent parce qu'ils ont une meilleure réputation ou qu'ils sont d'une appellation plus renommée. Toutefois, ce n'est pas une garantie qu'ils seront meilleurs.

Des vins de milieu de gamme peuvent souvent être meilleurs que des vins de haut de gamme.

Vous pouvez consulter le compte-rendu de cette dégustation dans le site de l'Académie du vin de l'Outaouais ainsi que dans sa page Facebook.

1000 VINS BIOS À LA SAQ

Il y a aujourd'hui exactement 1020 vins bios disponibles dans les magasins de la Société des alcools du Québec.

Après avoir longtemps trainé la patte en ce domaine, la SAQ offre maintenant un nombre important de vins bios.

La croissance de l'offre de vins bios s'est faite bien lentement à la société d'État. Ils n'étaient que 160 en 2013. Puis 300 en 2014; 400 en 2016; 500 en 2017 et 700 l'an dernier.

L'offre de vin de culture biologique a donc fait un bond de 300 produits depuis un an. C'est 1020 vins tranquilles de format 750 ml sur 9250 vins. Donc un vin sur neuf à la SAQ est bio.

Étiquette vin bio européenEn 2018, constatant la hausse des ventes de vins bios de 16 % en 2015; de 30 % en 2016 et de 28 % en 2017, les acheteurs de la SAQ se sont mis à favoriser l'inscription de nouveaux vins bios à leur répertoire. (SAQ recherche vin bio, juillet 2018)

Ces vins bios proviennent surtout de France (690); puis d'Italie (125) et d'Espagne (82). Ils sont en majorité rouges (575) contre 374 blancs et seulement 51 rosés.

Le prix médian est 28,35 $ contre 27,85 $ pour l'ensemble des vins.

Près de 300 de ces vins bios sont disponibles en ligne.

Si l'on regarde les chiffres pour tous les formats de bouteilles de vin tranquille, c'est 1056 vins bios sur 9800 vins.

Du côté des vins mousseux, la proportion de bio est d'environ 1 sur 12; soit seulement 51 mousseux bios sur les 676 offerts à la SAQ.

Ces vins bios sont maintenant clairement identifiés sur les rayons de la SAQ par des étiquettes vertes. Dans certaines succursales, il y a même une petite section vins biologiques.

La proportion de vins bios serait encore plus grande parmi les vins en commandes privées, mais là nous n'avons pas de chiffres précis.

La production de vin bio est en pleine croissance dans le monde. En France, 12 % du vignoble est maintenant bio. Ce serait un peu plus en Espagne et en Italie.

Les vins bios sont souvent jugés meilleurs dans les concours internationaux de dégustation (Les vins bios sont mieux notés par les dégustateurs professionnels)

Voici donc de bons vins bios dégustés au cours des derniers mois et classés selon le rapport qualité/prix.


Nom Région SAQ Cote Prix
Cébène, Ex Arena, Brigitte Chevalier 2016 Languedoc 3,5 25,85$
Castelgufo Chianti Reserva 2015 Italie 3,0 16,30$
Mas las Cabes, Roussillon 2017 Roussillon 3,0 17,40$
Brochet Réserve, Bio, Sauvignon de la Loire 2018 Loire 3,0 19,80$
Pitti 2017 Autriche 3,0 19,85$
L'Aigue de Novi 2016 Languedoc 3,0 20,00$
Mas Bécha, Classique, Roussillon 2017 Roussillon 3,0 20,25$
Meinkland, Grüner Veltliner 2018 Autriche 3,0 20,70$
Chianti Classico, San Fabiano Calcinaia 2016 Italie 3,0 20,75$
Les Galets, Château Bonnelière, Chinon rive gauche 2017 Loire 3,0 21,55$
Domaine Ferrer Rivière, Carignan 2016 Roussillon 3,0 22,95$
Pra Morandina, Valpolicella 2017 Italie 3,0 24,30$
Prà Morandina, Valpolicella 2017 Italie 3,0 24,35$
Domaine des Huards, Pure 2018, Cheverny Loire 3,0 25,45$
La Galoche 2018, Beaujolais, Domaine Saint-Cyr Beaujolais 3,0 26,00$
Goisot, Côtes d'Auxerre Pinot noir 2917 Bourgogne 3,0 27,05$
Menti, Riva Arsiglia 2016 Italie 3,0 28,10$
Beau Bonhomme 2018 Espagne 2,5 12,95$
ATMA Blanc 2018 Grèce 2,5 15,30$
Parallèle 45, Jaboulet, Côtes du Rhône 2016 Rhône 2,5 16,05$
Côtes du Rhône, Pont du Rhône Passion 2018 Rhône 2,5 17,40$
Château Des Estanilles, l'Impertinent 2016 Languedoc 2,5 18,05$
Vernaccia di San Gimignano, Fattoria San Donato 2017 Italie 2,5 19,45$
Aglianico, Bio, Di Majo Norante 2014 Italie 2,5 20,20$
Pétale de Rose 2018 Provence 2,5 20,60$
Col d'Orcia, Rosso di Montalcino 2016 Italie 2,5 23,95$
Épaule Jeté, Cuvée la Dilettante, Vouvray 2017 Loire 2,5 24,05$
Domaine Barmès Buecher, Crémant d'Alsace 2016 Alsace 2,5 27,50$
Ciù Ciù, Falerio, Oris 2018 Italie 2,0 13,15$
Blés Blanco 2018 Espagne 2,0 13,95$
Biologik, Terre Siciliane IGT Rosso Italie 2,0 15,60$
Bio, Ibalzi, Grillo, Sicile 2017 Italie 2,0 16,60$
Tenuta San Jacopo, Poggio Ai Grilli, Chianti 2017 Italie 2,0 18,75$

  Cette sélection est mise à jour régulièrement.

DES VINS DU MILLÉSIME 2009

Dix ans c'est déjà pas mal de vécu pour du vin ! À l'Académie du vin de l'Outaouais, on aime se payer une traite et voir comment vieillissent les vins de nos caves. Alors pour cette activité «10 ans plus tard 2009-2019» nous avons ouvert quelques bouteilles du millésime 2009 fournies par les membres de l'Académie.

Le millésime 2009 a été reconnu comme un très bon millésime. Un millésime chaud, un millésime de Soleil où les vins étaient souvent très bons dès leur mise en marché. Qu'en est-il dix ans plus tard pour onze de ces vins. Voici un bref compte-rendu de cette expérience.

 
Onze vins du millésime 2009

Vouvray Pétillant Brut Réserve 2009 du Domaine Huet
En ouverture, un vin mousseux magnifique. Très aromatique, savoureux sur des notes de pomme et de coing.
Fin, raffiné et encore plein d'énergie. Un régal. Étonnamment il y en a 7 bouteilles dans une succursale de Québec à 54 $. 

Meursault Collection Bellenum 2009 de la maison Roche de Bellene
Puis deux vins blancs qui n'ont pas très bien paru après ce beau vouvray. Ce meursault est très aromatique, floral et boisé. Toutefois en bouche l'alcool domine. Le fruit est parti il ne reste que l'alcool et le bois.

Chardonnay Five Soldiers 2009 de Rustenberg
Ce chardonnay est un peu plus intéressant que le meursault. Il a de beaux aromes aussi, toutefois en bouche il a les mêmes défauts que le précédent. C'est le bois, la noix de coco, la vanille et l'alcool qui dominent. Longue finale caustique sur l'alcool. 

Pinot noir Seven Flags 2009 de Paul Cluvier
Un pinot noir aromatique sur la fumée et la cerise. Saveurs de cerise brulée en bouche. Belle acidité. Du beau petit jus. Longue finale fumée.

Rioja Imperial Gran Reserva 2009 de CVNE
Encore bien foncé. Des aromes de fruits brulés doublés d'un très beau boisé comme savent le faire les Espagnols. C'est ample, costaud et très riche. D'une très belle texture. Très longue finale délicieuse.

Saint-Joseph 2009 de Vincent Paris
Un vin épicé très aromatique. Juteux, riche, ferme et d'une belle acidité. Équilibré, juteux. Longue finale sur le fruité élégant et épicé. 

Luce 2009 de Frescobaldi
La première bouteille était bouchonnée. Ce vin est costaud, très jeune encore, boisé, ferme, d'une texture serrée. Bois de santal, fines herbes et épices sur un fruité abondant. Un vin d'une grande complexité qui a encore de l'avenir.

Tignanello 2009 de Marchesi Antinori
De beaux aromes de petits fruits, de tabac et de feuille morte. Asséchant en bouche. Plutôt oxydé. Le fruit n'est plus là.

Château Clerc-Milon 2009 de Rothschild
De très beaux aromes qui nous amènent directement à Bordeaux. Du graphite sur un fruité agréable. Une belle texture serrée. Une finale sur le fruit et le bois de santal.

Clos du Marquis 2009 de Léoville-Las-Cases
Le vin est costaud, jeune d'une pièce. Encore un peu bourru avec sa belle structure granuleuse sur une masse de fruits. À revoir dans cinq ans. 

Sauternes Château Doisy-Daëne 2009
Nous finissons la soirée avec ce magnifique vin moelleux aux belles flaveurs de marmelade. C'est rond, moelleux et délicieux.

Voilà, 10 ans plus tard, certains s'améliorent, d'autres dépérissent. Certains développent de très beaux aromes, mais perdent de la substance en bouche. D'autres nous surprennent. Une belle expérience!

   Voir aussi les commentaires d'Alain Brault dans Facebook.

LES GOUTS DE SOURIS DANS LE VIN

Réapparition du gout de souris dans le vin !

Avez-vous déjà entendu parler de ce mystérieux gout de souris dans le vin ?

Il y a fort longtemps, au début de mes études sur le vin, j'avais lu dans de vieux bouquins la mention d'un défaut bizarre qu'on appelait «gout de souris». Toutefois, j'en ai très peu entendu parler par après.

Par contre, depuis quelque temps, on nous signale la réapparition de ce fameux gout. Il y aurait résurgence de ce gout désagréable dans les vins d'aujourd'hui. En fait, on parle plus maintenant des gouts de souris au pluriel.

On dit que certains vins sentent la souris morte, la cage de souris malpropre ou la pisse de souris. D'autres vocables sont aussi mentionnés par les oenologues et dégustateurs, dont les odeurs de saucisse; de peau de saucisson; d'écaille d'arachide; de croustilles de maïs; de tortillas; de popcorn; de craquelin; de riz soufflé; de riz basmati; de biscuit à l'eau, au riz ou au fromage; de croute de pain; de serpillères; de linge mouillé; de bière et même de vomi. On mentionne aussi une amertume métallique.

Les responsables de ses mauvaises odeurs seraient les levures de type Brettanomyces et des bactéries lactiques. Ces deux complices produiraient des molécules malodorantes de type pyridine «La diversité des descripteurs vient du fait que plusieurs molécules sont impliquées dans la formation de cette déviation. À ce jour, trois molécules N-hétéocycles ont été identifiées : la 2-ethyltetrahydropyridine (ETHP), la 2-acetyltetrahydropyridine (ATHP) et la 2-acetyl-1-pyrroline (APY)», écrit Techniloire dans une note émise le 6 septembre 2019.

Ces aromes ne sont pas perçus au nez, mais plutôt en bouche après rétro-olfaction. De plus, ils laisseraient une sensation désagréable et très persistante.

Techniloire ajoute que «l’ETHP, l’ATHP et l’APY ne sont pas suffisamment volatiles au pH du vin pour être perçues en olfaction, car elles sont sous forme aminée. En revanche une fois le vin mélangé à la salive, dont le pH entre 5,76 et 7,96  favorise la forme iminée des molécules, le goût de souris est percevable et même persistant en retro-olfaction. La différence de perception est donc fonction du pH buccal qui varie selon chaque individu voire, pour chacun, selon le moment de la journée et l’état physiologique.»

«Ainsi, à pH bas, elles sont non volatiles et non perceptibles, mais à pH haut (pH de la salive) elles deviennent volatiles, donc perceptibles, avec de très longues persistances. Pour cette raison, elles sont détectées principalement en bouche, en rétro-olfaction.» (Laboratoires Dubernet oenologie)

De plus, 30 % de la population ne percevrait pas du tout ces odeurs; y compris 30 % des vignerons. Ajoutons aussi que le taux de perception de ces molécules varie énormément d'une personne à l'autre allant de 1 à 100 pour l'APY

Qu'est-ce qui entraine la réapparition de cette vieille déviance dans le vin ?

La diminution du sulfitage serait responsable de la résurgence de cette vieille tare, selon les experts. Les gouts de souris peuvent apparaitre s'il n'y a pas de SO2 actif. En effet, il ne suffit que d'une petite quantité de sulfite pour masquer ces mauvais gouts.

«Les premières descriptions du goût de souris datent de la fin du XIX siècle. Cette altération d’origine microbienne est observée sur les vins blancs, rosés, rouges, tranquilles ou effervescents depuis longtemps, mais une recrudescence de ce défaut est constatée depuis deux ans. Cette augmentation est à mettre en lien avec la diminution des doses de SO2, la hausse du pH des vins voire le recours aux flores indigènes.» (Techniloire 2019)

En effet, à cause du réchauffement climatique, le pH des vins est plus élevé, donc les vins sont moins acides. De plus, de nombreux vinificateurs diminuent l'ajout de dioxyde de soufre (sulfites) dans leurs vins. Il est aussi difficile de maintenir un état de salubrité absolue dans les caves. Certains producteurs n'ajoutent pas du tout ou trop peu de SO2 à leurs vins.

Ces mauvaises odeurs seraient particulièrement répandues parmi les vins dits nature. Le chroniqueur vin Simon J Woolf affirme que 20 % des vins dégustés au salon des vins nature de Berlin en 2016 étaient défectueux. Selon lui et plusieurs spécialistes, certains vignerons seraient trop dogmatiques en refusant d'ajouter des sulfites à leurs vins trop faibles en acidité.

«Avec la croissance du mouvement viticole naturel, nous avons assisté à la croissance correspondante d’un défaut vinicole rare», écrit Jamie Goode dans International Wine Challenge.

«La réduction voire l’absence d’ajout de dioxyde de soufre n’est pas sans poser des questions scientifiques et techniques concernant la maîtrise des communautés microbiennes lors des fermentations, de l’élevage et la stabilité microbiologique des vins. Certains défauts organoleptiques jusqu’à présent extrêmement rares (vins filants, goût de souris …) sont en recrudescence et font à nouveau l’objet de travaux de recherche.» (Isabelle Masneuf-Pomarede, Professeur en oenologie, Bordeaux Sciences Agro)

Plusieurs auteurs donnent un truc pour s'assurer qu'il s'agit bien du gout de souris. Ils suggèrent de frotter une goutte de vin dans les paumes des mains afin de rendre les aromes plus volatiles et ainsi mieux percevoir ces odeurs. On peut encore juste tremper le bout du doigt dans le vin et le sentir après quelques secondes.

On n'a pas encore trouvé de moyen de détecter ce défaut en laboratoire, donc on ne peut le faire qu'en dégustant le vin. Les oenologues suggèrent aux vinificateurs de s'assurer d'avoir suffisamment de soufre actif, sinon d'en ajouter ou d'ajouter des éllagitanins. (Labo Inter Rhône)

Vu la recrudescence de ce phénomène, des chercheurs du Rhône, de la Loire et d'Australie ont repris les recherches afin de mieux le comprendre.

____________

Le ou les goût(s) de souris, une altération loin d’être comprise Techniloire, septembre 2019

The mysterious and not fully understandable wine defect popping up in natural wines: mouse, Esther Mobley, San Francisco Chronicle, septembre 2019

The mystery of mousiness, Jamie Goode, International Wine Challenge, août 2019

Laboratoires Dubernet oenologie, 2019   

Les bons et les mauvais microbes au chai, Isabelle Masneuf-Pomarede, Professeur en oenologie, Bordeaux Sciences Agro, Innovin, ENSA Toulouse, mars 2018

Avoid mousy, off-flavours, ask the AWRI, 2015

Mieux cerner le défaut du “goût de souris”, Laurent Massini et Patrick Vuchot, Service technique d’Inter Rhône, 2015

Connaissez-vous « Le goût de souris » ? Nicolas Richard, Vidéo (19 min 50), Rencontres rhodaniennes 2015, laboratoire Inter Rhône. 

 L'image de la souris dans le verre provient de la présentation vidéo de Nicolas Richard d'Inter Rhône.

BAISSE DES IMPORTATIONS DE VIN AU QUEBEC

Le Québec a importé moins de vin en 2018.

En effet, la Société des alcools a importé 106 millions de litres de vin en bouteille en 2018 contre 110 millions l'année précédente.

C'est 4 millions de litres de moins que l'année précédente; soit l'équivalent de 5 millions de bouteilles.

Du côté des importations privées*, il y a aussi eu une baisse de 1,4 million de litres de 46,4 millions à 45 millions de vins en vrac. Ces vins sont importés librement par des embouteilleurs qui les revendent à la SAQ. La SAQ en vend elle-même environ 3 millions de litres dans ses succursales et les 42 autres millions sont vendus aux épiciers au prix de 346 millions $.

Donc, ça donne un total de 5,4 millions de litres de vin de moins; soit l'équivalent d'un peu plus de 7 millions de bouteilles !

En bouteille, c'est - 3,5 %; et en vrac c'est - 3,1 %.

C'est la première fois que les importations de vin diminuent tant depuis 2010.

La baisse des importations en bouteille a été très forte pour les vins des États-Unis à -17,5 %; d'Argentine à -18 %; d'Australie -8 % et du Chili -9 % et d'Afrique du Sud à -9 %.

Il y a toutefois des hausses d'importation des vins du Portugal (6 %) et de Nouvelle-Zélande (5 %).

Les importations des vins de France ont été presque stables; tandis que celles d'Italie ont baissé de -1,6 % et celles d'Espagne ont augmenté de 1,4 %.

Du côté du vin en vrac, ce fut des baisses pour la France de -14 %; de -12 % pour l'Italie; de -38 % pour les États-Unis et de - 39 % pour les vins du Chili.  Pendant ce temps, l'importation de vrac d'Australie augmentait de 20 % et celui d'Espagne de 12 %.

La valeur des importations totales a toutefois connu une hausse de 2 % en dollars pour les bouteilles et de 7 % pour le vrac à 55 millions $.

Le prix moyen du litre en vrac a été de 1,25 $; en bouteille ce fut 7,44 $.
Ce qui donne l'équivalent de 94 cents et de 5,59 $ pour des bouteilles de 750 ml.

Donc le prix moyen d'une bouteille de vin embouteillée à l'étranger et importée par la SAQ est de 5,59 $; alors qu'en vrac c'est l'équivalent de moins de 95 cents la bouteille.

Importations de vin tranquille au Québec en 2018
en bouteilles et en vrac
en millions de litres et de dollars
  en bouteilles   en vrac  
  L % $   L %  
Monde 106 -3,5 789   45 -3,1  
               
France 33 -0,1 279   6 -14  
Italie 29 -1,6 206   5 -12  
Espagne 10 1,4 70   6 12  
États-Unis 8 -17,5 73   4 -38  
Portugal 6 6 38        
Australie 5 -8,2 29   18 20  
Selon des chiffres de Statistique Canada
  @vinquebec

Cette même année, l'Ontario a importé 95 millions de litres de vin en bouteilles; une faible diminution de -0,4 %.
En vrac, elle a importé 26 millions de litres; une diminution de -9 %. En Colombie-Britannique, ce fut une hausse en bouteille de 13 %; en Alberta, ce fut une hausse de 7 %.

______________
 (*)Importation privée : la SAQ a délégué ses pouvoirs à des embouteilleurs locaux pour qu'ils importent le vin en vrac. Ne pas confondre avec les commandes privés faites par des particuliers et des agents qui sont abusivement appelées importations privées alors que c'est en fait la SAQ qui les importe.
 

Libre-échange bénéfique au vin de France

Cinq millions de bouteilles de vin et de spiritueux français de plus exportés au Canada !

Ce serait le résultat du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (AECG) depuis octobre 2017.

«Aujourd’hui, concrètement, nous exportons plus de 5 millions de bouteilles supplémentaires (au Canada) et réalisons un supplément de chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros», écrit Antoine Leccia, président de la Fédération des exportateurs de vins et de spiritueux de France.

Dans un communiqué, M. Leccia affirme que «pour les vins et spiritueux français, sur la période allant d’octobre 2017 à juin 2019, la progression des exportations a été de +4% en volume et +6% en valeur. Elle a bénéficié à toutes les catégories de produits, vins mousseux (+5%), vins tranquilles (+7%) et spiritueux (+4%).»

Pourtant, l'accord appelé AECG n'est pas encore entériné officiellement par tous les parlements européens. Il est tout de même entré en vigueur de façon provisoire en septembre 2017.

M. Leccia, président aussi d'Advini, espère que les parlementaires français ratifieront cet accord qui leur est profitable.

Les producteurs français de fromage profitent aussi de cet accord. Pourtant, d'autres comme des éleveurs ne sont pas satisfaits et protestent contre les standards d'élevage canadiens moins élevés que ceux de l'Europe.

L'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne approuvé par le Parlement européen doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe.

BAISSE DES VENTES DE VIN AUX ÉPICERIES

Les ventes de vin aux épiceries ont fortement baissé au cours de premier trimestre de cette année se terminant le 22 juin.

C'est la SAQ qui alimente en vin les 7800 épiceries de la province.

Au cours de ce trimestre, la société d'État leur a vendu 8,6 millions de litres de vin pour 70,4 millions de dollars. C'est 1,2 million de litres de moins que lors du même trimestre de l'année précédente! Une baisse de 12 %. C'est une forte chute.

La SAQ attribue cette baisse aux commandes des épiciers du trimestre précédent. «La baisse des ventes effectuées auprès du réseau des grossistes-épiciers au cours du premier trimestre est principalement attribuable à l’important niveau de commandes enregistré par ce réseau auprès de la SAQ lors du quatrième trimestre de 2018-2019.» (Communiqué SAQ)

Toutefois, lorsque l'on regarde justement ces chiffres du trimestre précédent, le 4e trimestre de 2018, publiés dans les derniers rapports annuels de la société d'État, ce sont des commandes totalisant 8,8 millions de litres, soit 400 000 litres de plus que l'année précédente. On est loin du 1,2 million !

Donc, comment expliquer cette chute des ventes aux épiceries ?

Bon an, mal an, les épiciers commandent un peu plus de 40 millions de litres de vin à la SAQ au cout de 340 millions de dollars. C'était 41,7 l'an dernier et 41,3 l'année précédente. Pendant ce temps, la SAQ écoule 170 millions de litres dans ses succursales, dans les restaurants et autres.

Comme nous le rapportions hier il y a eu aussi une baisse des ventes de vin dans les succursales de la SAQ d'avril à juin dernier.

BAISSE DES VENTES DE VIN À LA SAQ

Les ventes de vin en volume continuent de diminuer dans les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ).

L'an dernier, les 409 succursales de la SAQ avaient vendu 5 millions de bouteilles de vin de moins que l'année précédente.

Et ça continue de baisser. Pour le seul premier trimestre de cette année, les chiffres de la SAQ indiquent une chute des ventes de vin de 500 000 litres, soit environ 650 000 bouteilles de moins que lors du premier trimestre de l'année précédente.

En clair, les ventes de vin dans les succursales passent de 29,6 millions de litres à 29,1 millions de litres. Toutefois, la SAQ a réussi tout de même à faire près de 7 millions de $ de plus sur ses ventes de vin;  grâce à une hausse de prix sur un certain nombre de vins.

Pendant que la société d'État vend moins de vin, elle augmente par contre ses ventes de spiritueux de 200 000 litres et celles des boissons panachées de 400 000 litres.

Ainsi, les ventes en valeur de spiritueux ont augmenté de 5,9 % en valeur et de 3,5 % en volume. Celles des boissons panachées ont augmenté de 12,6 % en valeur et de 11,4 % en volume.

En comparaison, les ventes de vin ont été de +1,5 % en valeur et de -1,7 % en volume.

La SAQ a aussi moins vendu de vin aux épiceries, 1,2 million de litres de moins, mais elle explique cela en disant qu'elle leur en avait beaucoup vendu lors du 4e trimestre. Pourtant, malgré ce que prétend la SAQ, elle ne leur en a vendu que 400 000 litres de plus à ce 4e trimestre ! Est-ce dû aux ventes de vins québécois en épicerie?

Au total, la Société des alcools a accru son bénéfice net de 0,3 %.

Ce sont les chiffres du premier trimestre 2019 s'étant terminé le 22 juin 2019.

_________

  Source  Rapport du premier trimestre 2019 SAQ.
_________

Sujets connexes

Syndiquer le contenu