Informations

COMPRENDRE LE VIN

Le vin: le comprendre; le connaître; le déguster; le servir: le conserver; ses défauts; ses finances; son marché et la santé...

La notion d'équilibre dans le vin; le goût sucré des vins secs; l'importance du pH; le goût de bouchon; le bio; les sulfites; le vocabulaire du vin; la recherche du vin en succursale; le vin et la santé...

Connaître et comprendre le vin, c'est un processus progressif et continu. Chaque jour sa peine, comme on dit! Nous en apprenons tous les jours!

Voici une série de textes publiés dans vinquebec.com et regroupés par thèmes afin de vous aider à mettre à jour vos connaissances sur ce merveilleux monde du vin.

Il y a ici des articles pour tous les goûts et tous les niveaux. Prenez votre temps. Lisez-les un par jour ou tous à la suite ou dans le désordre... comme vous voulez... en dégustant un bon vin.

La dégustation
Connaissance du vin
Le marché du vin au Québec
Le service et la conservation du vin
Défauts et qualités
Santé
Finances (L'argent du vin)
Comprendre la SAQ
Bio
La vigne
Les régions du vin
Autres

 

Ces listes d'articles sont mis à jour régulièrement.


Les monopoles des alcools devant la Cour suprême

La légitimité des monopoles des alcools des provinces du Canada a été discutée pendant deux jours devant la Cour suprême du Canada.

L'affaire s'est retrouvée là parce qu'un résidant du Nouveau-Brunswick, Gérard Comeau, est allé acheter des caisses de bière au Québec. Il a été accusé de ne pas avoir acheté sa bière auprès du monopole de sa province. Il a contesté prétextant que la constitution canadienne lui permet d'acheter des biens où il veut au pays.

Le juge Ronald Leblanc de Campbellton lui a donné raison, car l'article 121 de la constitution de 1867 dit bien que tous les articles produits au Canada doivent être admis en franchise dans toutes les provinces. «shall be admitted free».

Toutefois, ce n'est pas tout le monde qui interprète cet article de cette façon. D'ailleurs, depuis l'arrêt Gold Seal de la Cour suprême de 1921, admis en franchise veut dire admis sans droits tarifaires et ne veut pas dire que des droits non tarifaires ne peuvent pas être imposés. Telle est la loi depuis 1921. Cependant, depuis ce temps, cette interprétation est contestée et souvent considérée comme étant une erreur du passé, du temps de la prohibition. C'est ce qu'affirme d'ailleurs le juge Leblanc du Nouveau-Brunswick.

Devant, les 9 juges, les avocats des provinces sont venus protéger les monopoles en disant que les provinces ont le droit d'imposer des règlements limitant le commerce de biens des autres provinces; pendant que des avocats des consommateurs et des commerçants sont venus dire que «free» veut dire «free» et qu'on a le droit d'acheter des produits d'ailleurs au Canada.

Le Canada est-il un pays de libre-échange? Non, selon les provinces; oui, il le devraient selon les consommateurs et commerçants.

Dans un monde de commerce électronique, peut-on encore empêcher un citoyen de faire venir un produit d'une autre province? Les provinces veulent conserver leurs monopoles parce qu'ils rapportent de l'argent, mais ne peuvent-elles pas obtenir cet argent d'une autre façon? Sont-elles obligées de vendre un produit pour le taxer; alors qu'elles peuvent très bien taxer l'essence et les cigarettes sans les vendre?

Que décideront les juges?
Accepter le jugement Comeau c'est remettre en question le fonctionnement actuel de la fédération et aller à l'encontre de la volonté des gouvernements des provinces.
Renier le jugement Gold Seal, reconnaitre l'erreur de la Cour Suprême de 1921, c'est entrer dans un monde inconnu. C'est refaire la loi, c'est modifier les règles actuelles et tout ce que cela implique de complications, de changements, d'incertitude, de litiges et de futures contestations, comme l'a exprimée clairement la juge en chef. Le chaos après la bière libre.
Les juges auront-ils cette audace? Le statu quo n'est-il pas plus facile à vivre que le changement!
Le jugement est attendu pour la fin mai.

 

Des constitutionnalismes représentent quelquefois la constitution comme étant un arbre. Un arbre vivant qui grandit au rythme de la société et qui doit suivre l'évolution de cette société. S'il en est ainsi, la question pertinente à se poser n'est-elle pas — au lieu de se demander ce que les Pères de la Confédération, à la racine, voulaient dire par l'expression free — mais plutôt de se demander ce que les petites feuilles d'érable au bout des branches veulent entendre aujourd'hui  par ce mot qui évoque la liberté ?

________
Sa Majesté la Reine c. Gerard Comeau, Cour Suprême du Canada
Diffusions web archivées des audiences de la Cour suprême
Le jugement Gérard Comeau, juge Ronald Leblanc, Campbellton, août 2016
Section 121 of the Constitution Act, 1867 Wikipedia en anglais
La théorie de l'arbre vivant
Cause de Gérard Comeau : plaidoyer pour une libre circulation des biens entre les provinces, Catherine Allard, Radio-Canada
Le vin à la Cour suprême
L’arrêt Comeau : vers une libéralisation du commerce interprovincial canadien? La Cour suprême du Canada tranchera. Desgagné et Griffin, avocats
Booze battle : could there be chaos ? The Telegraph

Est-ce que la SAQ est rentable ?

La question peut sembler impertinente; pourtant elle est très pertinente.
Est-ce que la SAQ est rentable?
J'ai deux réponses possibles:
   – très peu rentable;
      ou
   – je ne sais pas du tout.

Cette dernière est la plus juste vu l'état actuel de nos connaissances.

Vous allez me dire que la SAQ rapporte 1 milliard de dollars par année au gouvernement.
Oui, mais la LCBO de l'Ontario rapporte 2 milliards au gouvernement de cette province et elle a été jugée très peu rentable!

Oups! Ça peut sembler étrange! Mais c'est que ces milliards sont surtout des revenus fiscaux et non pas seulement des revenus d'entreprises. Si le montant exigé du gouvernement était calculé à part, quel serait le revenu propre de l'entreprise? Tout est mêlé et confondu dans les rapports annuels de ces deux monopoles d'État. Quelle est la part de revenus de l'entreprise et la part exigée par le gouvernement, soit le revenu fiscal. Ce que le président de la SAQ appelle la marge fiscale versus la marge d'affaires.

Au Québec, il n'y a pas eu, à ma connaissance, d'études sur la rentabilité de la SAQ. Les rapports financiers de la société d'État ne permettent pas d'avoir une réponse, de démêler ce qui est la marge d'affaires de la marge fiscale.

En Ontario, par contre, il y a eu une étude sur le sujet. Un comité dirigé par un ancien PDG de la banque Toronto Dominion a été chargé par la première ministre d'étudier la LCBO. Et son verdict a été que «la LCBO est peu rentable».

La LCBO calcule mal son rendement, a dit Ed Clark en septembre 2016 par «une surévaluation des bénéfices : en combinant les impôts théoriques aux bénéfices de l'entreprise, la LCBO donne à la direction et aux employés un faux sentiment de rentabilité.»

Un faux sentiment d'être riche. C'est peut-être ce qui explique pourquoi la SAQ paye ses employés permanents à temps double dans le temps des Fêtes au lieu d'utiliser 70 % de ses employés à temps partiel, comme nous le rappelle Radio-Canada.

«Les employés des succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont travaillé près de 200 000 heures supplémentaires pendant le temps des Fêtes au cours des deux dernières années financières. À 42,85 $ de l'heure en moyenne, la facture s'élève à plus de 8,5 millions de dollars pour la société d'État.» (Radio-Canada, 5 décembre 2017)

Pendant ce temps, la majorité des employés qui sont temporaires peinent à faire 16 heures et doivent faire 2 succursales pour atteindre un horaire hebdomadaire raisonnable pour vivre!

On paye en heures supplémentaires le quart des employés qui font déjà 38 heures par semaine; alors que l'on pourrait donner plus d'heures à temps simple aux trois quarts des employés temporaires ! C'est parfaitement illogique.

La SAQ se défend en disant que c'est prévu à la convention collective. Oui, le faux sentiment de rentabilité; le sentiment de richesse!

La LCBO était jugée peu rentable, parce que, entre autres, sa main-d'oeuvre compte pour près de 50 % de ses frais d'exploitation. Et la SAQ alors, où sa main-d'oeuvre compte pour 68 % des frais d'exploitation? (chiffres de 2015-2016).

La SAQ est-elle rentable. Le président nous a dit dernièrement qu'on pourra en avoir une idée l'an prochain, car «les états financiers seront plus transparents et l'on séparera la marge fiscale de la marge d'affaires de l'entreprise». M. Alain Brunet nous a dit aussi que les charges d'exploitation sont et seront réduites.

Donc, est-ce que la SAQ est rentable? Est-ce qu'il en coute cher pour donner 1 milliard de dollars au gouvernement? Est-ce qu'il pourrait en couter moins cher pour rapporter encore plus? Est-ce que tous les réseaux — succursales, agences, épiceries, dépanneurs, commandes privées, en ligne et autres — sont maximisés? Surement pas. Il y a encore beaucoup de travail à faire.

_______

Le vin à la Cour suprême

 

La Cour suprême entend aujourd'hui et demain la cause Comeau qui conteste la constitutionnalité des monopoles d'alcool au Canada. Neuf procureurs généraux et une quinzaine d'autres intervenants présentent leurs arguments pour et contre devant les neuf juges de la cour. C'est diffusé en direct sur le web à partir de 9 h 30.
Ce matin, les avocats représentant les provinces sont venus dire qu'il ne fallait pas trop tenir compte de l'article 121 de la Constitution de 1867 sur la libre circulation des biens au pays, mais plutôt de prendre en considération les droits des provinces de légiférer. Les provinces veulent protéger et maintenir leurs monopoles des alcools.

Un résumé des audiences de ce matin est fait par Pierre Alexandre Borduc de Radio-Canada, Moncton à l'émission Midi-Info. (Audio 3 min 25)

Demain, ce sera au tour d'organismes représentant des producteurs, commerçants et des consommateurs qui exposeront leurs arguments.

 

La Cour suprême du Canada se prononcera sur la légalité des lois limitant le commerce du vin et autres alcools au Canada.

La situation du commerce du vin au Canada est l'une des plus aberrantes et inefficaces au monde. Les vignerons, les commerçants et les consommateurs de vin n'ont pas la liberté d'acheter ni de vendre du vin d'une autre province.

Les juges de la Cour suprême du Canada entendront mercredi et jeudi une demande d'appel concernant un incident qui s'est produit à la frontière du Nouveau-Brunswick. Un citoyen de cette province est allé acheter de l'alcool de l'autre côté de la rivière au Québec et l'a rapporté chez lui. Le choix de bières, vins et spiritueux est si lamentable et si cher au Nouveau-Brunswick que la majorité des clients des dépaneurs et de la succursale de la Société des alcools du Québec de Pointe-à-la-Croix sont des Néo-Brunswickois. (1)

Le samedi 6 octobre 2012, Gérard Comeau de Tracadie se fait arrêter après avoir traversé le pont qui relie le Québec au Nouveau-Brunswick et est accusé d'avoir rapporté illégalement de l'alcool acheté dans une autre province. Monsieur Comeau conteste disant que la loi provinciale obligeant les citoyens à acheter exclusivement l'alcool de la société des alcools de la province est anticonstitutionnelle.

Il gagne sa cause. Le juge Ronald Leblanc dit que la constitution de 1867 permet de transporter de l'alcool d'une province à l'autre. « L’alinéa 134b) de la Loi sur la réglementation des alcools du Nouveau-Brunswick constitue un obstacle commercial qui contrevient à l’art. 121 de la Loi constitutionnelle de 1867 et, en conséquence, il est inopérant contre Gérard Comeau.»  L'article 121 de la Loi constitutionnelle de 1867 dit que «Tous articles du crû, de la provenance ou manufacture d’aucune des provinces seront, à dater de l’union, admis en franchise dans chacune des autres provinces.»(«be admitted free into each of the other Provinces», dans la version anglaise.)

Selon le juge Leblanc, les Pères de la Confédération voulaient le libre-échange entre les provinces suite à la fin du libre-échange avec les États-Unis à la fin de la guerre de Sécession. Le juge écrit que «beaucoup d’Américains avaient l’impression que les habitants de l’Amérique du Nord britannique étaient des sympathisants de la Confédération sudiste. À tort ou à raison, ils leur reprochaient d’aider le Sud dans la guerre de Sécession américaine. Cela a amené les États-Unis à imposer une panoplie d’obstacles non tarifaires aux produits importés des colonies britanniques(1)

C'est gros! Ça touche beaucoup de monopoles au Canada. L'affaire se retrouve donc cette semaine en Cour suprême.

Les citoyens contre les politiciens
Les provinces canadiennes et plusieurs groupes ont demandé de se faire entendre de la Cour dans cette affaire. Il y a plus de 20 intervenants dont les procureurs généraux de la plupart des provinces, le Consumers Council of Canada, des représentants des commerçants et des vignerons.

Les consommateurs et commerçants sont favorables au libre commerce du vin alors que les dirigeants politiques des provinces sont contre. Vous pouvez lire leurs arguments en suivant les liens au bas de ce texte. À lire ces arguments — c'est citoyens contre politiciens. Chacun choisit de présenter des arguments favorables à ses intérêts. Ils seront entendus les 6 et 7 décembre à Ottawa.

Les citoyens, eux, se sont déjà prononcés sur le sujet. En effet, 84 % des Canadiens se disent favorables au libre commerce du vin, selon un sondage mené en octobre par la maison Ipsos. (2)

Il est question ici de la liberté des citoyens opposée à la volonté des gouvernements provinciaux de limiter cette liberté pour protéger des intérêts locaux.

Les arguments
Voici quelques extraits des plaidoiries qui seront présentées aux juges.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick
«A literal interpretation of the Constitution is to be avoided.»

Gérard Comeau
«S. 121 prohibits all internal trade barriers, both tariff and non-tariff.»

Le gouvernement fédéral
«le présent pourvoi donne à la Cour l’occasion de se pencher sur la portée de cette disposition d’une façon plus nuancée, vu la nécessité d’interpréter la Constitution d’une manière évolutive qui tienne compte des réalités d’aujourd’hui.»

Le gouvernement du Québec
«Si cette Cour maintenait l’interprétation de l’article 121 de la L.C. de 1867 donnée par le juge de première instance, celle-ci aurait des impacts sur une multitude d’aspects du commerce, notamment les suivants. A) La mise en marché collective B) Les monopoles et entreprises d’État et les accords de commerce.»

Le gouvernement de l'Ontario
«it is not the Court’s role to determine whether liquor monopolies are wise or unwise public policy.»

Le gouvernement de la Colombie-Britannique
«Since Section 134 of New Brunswick’s Liquor Control Act is necessarily incidental to the existence of a publicly-owned provincial monopoly on the distribution and sale of alcoholic beverages, and since such monopolies further legitimate policy objectives, section 134 is consistent with section 121 of the Constitution Act, 1867.»

Consumers Council of Canada
​«the sale of alcoholic beverages, as ones where internal trade barriers affect consumer rights.»

​​Institut économique de Montréal
«The Court should eliminate non-tariff trade barriers through a broad interpretation of section 121 that recognizes modern economic realities.»

Canadian Chamber of Commerce
«The key issue on this appeal is how the interpretation of s. 121 can be modernized so as to prohibit some non-tariff barriers while still leaving space for provincial activity that may affect interprovincial trade.»

Chacun des intervenants sera entendu une dizaine de minutes mercredi et jeudi devant les juges de la Cour suprême à Ottawa. Ça sera diffusé sur le web. Le jugement devrait être rendu en mai.

Les intervenants dans l'affaire Comeau en Cour suprême du Canada
(tel qu'affiché dans le site de la Cour suprême)

______________
(1) Le jugement Gérard Comeau, juge Ronald Leblanc, Campbellton, août 2016
(2) Le cas Comeau, sondage d'opinion canadien. Favorables au libre commerce 
 Le commerce de l'alcool en Cour Suprême

  Texte publié le 4 décembre et mis à jour le 6 décembre.  

70 % des Québécois favorables au libre commerce du vin

Les Canadiens sont pour la liberté du commerce du vin, les Québécois un peu moins!

La grande majorité des Canadiens (84 %) disent qu'ils devraient être autorisés à commander du vin directement d'un vignoble d'une autre province.

C'est ce que nous dit un sondage de la maison Ipsos commandé par l'Institut économique de Montréal.

C'est en Colombie-Britannique que ce désir est le plus fort à 91 %.

Toutefois, c'est au Québec où il est le moins fort à 70 %. La réponse est en haut de 80 % dans toutes les provinces, sauf au Québec.

 

Voici les résultats à cette question :
«Les Canadiens devraient être autorisés à commander du vin directement à partir d’une vinerie d’une autre province.»

   CB  91 %
   ALB 87 %
   SASK-MAN 88 %
   ATL 88 %
   ONT 87 %
   NB   80 %
   QC  70 %
   ______
   CAN  84 %

Pourquoi les Québécois sont moins favorables à la liberté d'achat de vin dans une autre province? C'est peut-être tout simplement parce qu'ils n'aiment pas les vins canadiens en général et qu'ils les jugent moins bons et moins intéressants que les vins européens.

De plus, dans l'ensemble du pays, ce sont les répondants de plus de 55 ans qui sont les plus favorables à la liberté de commander du vin partout au pays à 90 %, contre 76 % pour les jeunes de moins de 34 ans.

Ce sondage a été fait auprès de 1103 Canadiens parmi le panel internet Ipsos Je-Dis, du 26 octobre au 1er novembre, pour le compte de l'Institut économique de Montréal.

Il intervient à quelques jours de l'appel en Cours Suprême du Canada de l'affaire Gérard Comeau du Nouveau-Brunswick. La cour devra décider si les gouvernements provinciaux ont le droit de limiter le commerce des citoyens entre les provinces du pays.

____________
Les résultats du sondage
  Le cas Comeau – Sondage d’opinion canadien PDF

Au sujet de l'affaire Comeau, voir :
  La Cour suprême accepte de se prononcer sur le commerce interprovincial de l'alcool

Le droit de critiquer le vin

Est-ce qu'un critique de vin a le droit de critiquer le vin?

Au début de l'année, il y a eu un débat intéressant lancé par le sommelier Alain Laliberté sur les réseaux sociaux au sujet des critiques de vin, des chroniqueurs de vin. On se demandait si l'on avait le droit de mentionner un mauvais vin. Les propos sur Facebook étaient souvent très tranchés. Certains disent qu'on devait s'interdire de mentionner les mauvais vins!

C'est tout de même étonnant! Alors que l'on accepte qu'un critique de cinéma dise qu'un film est un navet; que l'on accepte qu'un chroniqueur de restaurant rapporte qu'un restaurant est mauvais; on ne pourrait pas ou on ne devrait pas avoir la même liberté dans le monde du vin?

Lorsque l'on compare le travail de chroniqueur de restaurant, de film, de livre à celui de chroniqueur de vin, on constate de grandes différences dans les résultats. Alors que les critiques sont très variés dans les autres champs de critique, ils sont, par contre, presque toujours louangeurs dans le monde du vin.

Tous les vins seraient donc bons?
Pourtant, on en goûte des mauvais. Pourquoi ne pas le dire à nos lecteurs.

Depuis que je travaille dans la critique de vin, cette différence entre ces champs de critique m'a toujours étonné. À quoi est due cette différence? Pourquoi la critique de vin semble-t-elle si peu exister?

Pourtant, il y en a des gens qui écrivent sur le vin, que ce soit dans les magazines, les journaux et de plus en plus dans des blogues. Et c'est presque toujours louanges sur louanges. Ça ressemble à des publireportages.

Un monde sans défauts
Le monde du vin est-il un monde sans défauts? Tout le monde il est beau tout le monde il y est gentil!

Pourtant, il y a de plus en plus de problèmes causés par le réchauffement climatique et les nouveaux modes de vinification: vins oxydés, brettés, refermentés, contaminés...

Lorsque nous lisons des revues de vin, on est porté à se demander si c'est de la publicité. Tout y est toujours bon. Il est vrai que ces magazines sont financés par la publicité payée par des producteurs de vin. Ces rédacteurs ne peuvent donc pas critiquer ceux qui les financent. C'est un monde de clients. On ne mord pas la main qui nous nourrit. De plus, ces magazines, particulièrement en France, organisent souvent maintenant des salons de vin et des concours. Ils font payer les producteurs pour participer à ces évènements. Il n'y a donc plus là place possible pour la critique, mais plutôt pour l'autocensure. On doit bien faire paraitre son client, c'est tout.

Il faut dire aussi que ces magazines semblent plutôt lus par les vignerons que par les consommateurs en général. Ces rédacteurs s'adressent donc à leurs clients les vignerons et non plus aux amateurs de vin.

Des louanges dans internet
Maintenant, lorsque nous naviguons dans l'internet, nous voyons de plus en plus de blogueurs de vin et là aussi c'est louanges sur louanges. C'est à qui donnerait la plus belle note, la plus haute note. On en donne des 90 et des 4 étoiles à tout vent. C'est à qui donnerait le plus de compliments.

Pourtant, la plupart de ces rédacteurs à plein temps ou du dimanche se disent des spécialistes du vin. On n'ose tellement pas critiquer que l'on entend dire que si le vin est bouchonné ce n'est pas la faute du vigneron parce qu'il n'a pas fait le bouchon! C'est de l'angélisme et un argument fallacieux, car le vigneron n'a pas fait non plus les levures, les barriques, les tanins et acides ajoutés. Il est pourtant responsable de son produit.

Il faut dire ici que beaucoup de ces gens ont ou se donnent une formation en sommellerie et le sommelier n'est pas formé pour critiquer, mais pour vendre le vin. Ceci contribue peut-être à expliquer cette incapacité de critiquer, mais pas totalement.

Des consommateurs critiques
Si ces spécialistes ne critiquent pas, par contre, on peut trouver des gens ordinaires qui eux osent critiquer les vins. On trouve cela sur des sites de commentaires de vin tel que Cellartracker. Ces individus, malheureusement trop souvent anonymes, nous renseignent sur les mauvais vins. Ils osent dire qu'un vin sent mauvais, sent la ferme, l'écurie, qu'un autre a refermenté en bouteille, qu'un autre est souvent bouchonné... Toutes des choses que les spécialistes nous cachent.

Pourquoi ces cachotteries de la part des spécialistes, des professionnels?
Ici, je vais entrer dans le domaine des hypothèses. Il y aurait l'histoire, les habitudes, la tradition. «Ça s'est toujours fait comme cela», entendons dire. Il y aurait aussi la formation de certains de ces spécialistes, formés comme sommelier à vendre le vin, à communiquer les qualités du vin.

Autocensure
Il y a aussi surement beaucoup la proximité avec les producteurs. Alors que les critiques de cinéma et de restaurants sont loin des réalisateurs et des restaurateurs; les chroniqueurs de vin sont près des producteurs et de leurs agents. On se visite, on déguste ensemble, on reçoit des échantillons, on voyage...

Il est plus difficile de critiquer le travail de ceux qui sont proches de nous et que l'on rencontre fréquemment. On peut craindre de ne plus recevoir d'échantillons, de ne plus être invité aux dégustations et aux voyages de presse.

On s'autocensure aussi, parce que nos médias préfèrent trop souvent les bonnes nouvelles, les informations jovialistes. Quelle est alors la crédibilité de ces critiques qui ne critiquent pas? C'est plus difficile à établir.

Sommelier ou critique?
Suite à une longue discussion sur ce sujet dans Facebook, un chroniqueur de vin de Québec a publier un texte intitulé «Je ne suis pas un critique de vin». http://www.journaldequebec.com/2017/03/12/je-ne-suis-pas-un-critique-de-vin. Le commentaire est franc, le sommelier Philippe Lapeyrie dit qu'il aime mieux «rester dans le positif et la bonne humeur.»

C'est le point de vue du sommelier, peut-être de toute la profession. C'est honnête, mais est-ce qu'il y a place pour la critique dans le monde du vin.

Le rôle du critique
Comment alors bien informer le consommateur? Qui osera dire aux consommateurs d'éviter tel ou tel vin. Ou de dire qu'un vin bon l'an dernier ne l'est plus autant dans le millésime suivant?

«La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur», nous dit le dictionnaire en ligne CNRTL.

Le consommateur veut-il savoir?
Le spécialiste des vins Alain Laliberté me dit avoir demandé à ses lecteurs «Préférez-vous être informés sur les bons achats uniquement ou désirez-vous aussi connaître ce qu'il faut éviter ? Plus de 90% souhaitaient tout savoir.»

Quel est l'avenir alors de ces nombreux blogues de louange de vin? Comment former de futurs critiques de vin?

Prenons conscience que les chroniques de vins ressemblent trop souvent plus à du travail d'attachés de presse que du travail de journaliste. Il faut qu'on se réveille sinon nous aurons aussi peu de crédibilité que les chroniqueurs de voyage qui se sont fait remplacer par Tripadvisor.

Je ne suis pas sommelier, mais journaliste et critique de vin.

Au sujet de la critique, voir le livre de Catherine Voyer-Léger Métier Critique, aux éditions Septentrion.

 

Avis aux consommateurs
Si vous ouvrez une bouteille de vin qui sent mauvais, qui sent les égouts, la cave humide, l'écurie ou pire et que ça persiste plus de quelques minutes, retournez la bouteille à la SAQ. Car en vertu de la Loi de protection du consommateur, tout produit défectueux doit être soit réparé, remplacé ou remboursé. (Remboursement de vin défectueux)

 

Entrevue à ce sujet à l'émission radiophonique de Sophie Durocher à BLVD 102,1 : Le droit de critiquer le vin (15 min).
_______________
Est-ce que les critiques de vin devraient aussi commenter les vins à éviter? Discussion dans Facebook lancée par Alain Laliberté.

«Je ne suis pas un critique de vin»
, Philippe Lapeyrie, Journal de Québec

Sujets connexes


Le vin en épicerie

L'an dernier, les Québécois ont acheté un peu plus de 160 millions de litres de vin. Ces achats se sont faits  dans les 406 succursales de la SAQ, dans près de 8000 épiceries et dépanneurs, ainsi que pour une moindre mesure chez les producteurs locaux.

De ses 160 millions de litres, 120 millions ont été achetés dans les succursales de la société d'État et 40 millions dans les épiceries.

Le marché du vin en épicerie est en forte croissance depuis quelques années. On peut maintenant aussi y acheter du vin québécois. Des sommeliers réputés se lancent aussi à la conquête de ce nouveau Klondike.

L'émission L'Épicerie de Radio-Canada se penche sur ce phénomène. «L’épicerie a voulu savoir si le nouveau marché du vin d'épicerie offre un bon rapport qualité/prix.»

Voir l'émission du 22 novembre de L'Épicerie.


Pour en savoir plus sur le commerce du vin en épicerie

SAQ: hausse des prix des grands vins?

Après la baisse des prix des petits vins à la SAQ, est-ce que l'on doit s'attendre à une hausse des prix des vins de milieux de gamme et des grands vins?

La direction de la SAQ veut appliquer une majoration linéaire comme celle de la LCBO en Ontario pour remplacer sa majoration régressive qui taxe plus les vins à bas prix.

La SAQ a réduit le prix de 1600 de ces vins courants, ses plus gros vendeurs.

En effet, avec sa marge linéaire — la même pour tous les vins — l'Ontario offre des vins à petits prix moins chers qu'au Québec, toutefois, ses vins de plus de 20 $ sont souvent plus chers qu'à la SAQ. À tel point qu'en Outaouais des restaurateurs d'Ottawa s'approvisionnent à l'occasion dans des SAQ de Gatineau pour obtenir leurs vins de plus de 30 $ inscrits à leurs cartes de vin et souvent plus chers ou en rupture de stock à la LCBO!

Un exemple, le Beringer Knights Valley Cabernet-Sauvignon 36,10 $ à la SAQ, mais 44,95 $ à la LCBO
Ce vin est vendu dans plusieurs restaurants d'Ottawa, dont un le Al's Steakhouse de la rue Elgin l'affiche à  105 $ à sa carte de vins!

Il nous arrive même de voir chez des cavistes en France des vins français de 30-100 euros plus chers là qu'ici à la SAQ!

C'est bien beau réduire les prix des vins à moins de 15 $, mais si c'est pour augmenter les prix de ceux à plus de 20 $ — ceux qu'on achète — nous nous serons perdants dans cette affaire-là, me dit l'ami Pierre.

Allez-vous taxer les riches?
Les vins achetés 5 $ sont triplés à 15 $ à la SAQ (avant la baisse de 1,40 $); pendant que ceux achetés 50 $ sont seulement doublés à 98 $.

Je pose donc la question au président de la Société des alcools du Québec. Vous avez été accusé de taxer plus les pauvres avec votre marge régressive. Vous avez réduit cette marge. Allez-vous maintenant taxer plus les riches pour compenser?

Je ne veux pas créer un choc tarifaire auprès de la clientèle. On ne veut pas créer un choc pour les vins en haut de 30 $,» nous dit le président Alain Brunet.

Nous sommes à la deuxième année de notre plan de trois ans, ajoute M. Brunet. Dans la première année, on a baissé les prix des vins d'entrée de gamme. On a appliqué rapidement une solution pour nous amener le plus vite possible à la parité avec l'Ontario. «On a procédé à vitesse grand V». Le travail s'est bien fait rapidement. «Et on l'a vu, on a mesuré que la perception de prix s'est améliorée de 15 % auprès des clients.»

Donc on a fait ce travail, mais ce n'est pas assez, il faut que cela soit durable et solide. «Nous sommes en train de faire beaucoup de simulations. Il faut bien le faire parce que là on est dans le coeur financier de l'organisation. On va la présenter cette nouvelle marge. Elle sera linéaire, égale pour tous et on préservera la parité avec les marchés limitrophes (l'Ontario)», nous dit M. Brunet qui ajoute que de toute manière y a très peu de volume sur les vins au-delà de 30 $ que ça n'équilibrerait pas la baisse sur les vins courants.

C'est pour ça que la SAQ a fait un virage financier, dit-elle. Elle a compressé ses coûts, entre autres en réduisant de 30 % son personnel administratif, en négociant plus sérieusement avec ses fournisseurs afin «de subventionner la baisse de prix». De plus, la direction de la SAQ a convenu avec le gouvernement que l'augmentation du bénéfice sera de seulement 1 % pour les 2 ou 3 prochaines années, affirme le président.

C'était le temps d'agir
«On a donc répondu rapidement à la demande du client qui était la plus visible. C'était le temps d'agir. Ça a fait le travail. C'était parfait. Mais ce que l'on veut ce n'est pas faire juste un coup de circuit et un coup publicitaire. Il faut que ce soit pondéré, durable et transparent.»

La baisse des prix de 1,40 $ — soit 9 % selon M. Brunet — a été compensée en partie par une hausse des ventes en volume de 6,6, % au cours des 6 derniers mois. (Voir Forte hausse des ventes de vin à la SAQ.)

Au sujet de la transparence, M. Brunet ajoute «qu'il faudra que le consommateur voie ce qui est notre marge d'affaires et notre marge fiscale.» C'est-à-dire qu'il faudra que l'on distingue la différence entre les deux marges. Autrement dit que l'on voit si la SAQ est vraiment profitable.

La SAQ profitable? La SAQ rentable ou non?
La question semble étrange pour une entreprise qui rapporte 1 milliard $ au gouvernement, mais elle est pertinente. La même question a été posée à la LCBO. Et la réponse a été que la LCBO est peu rentable! Pourtant, elle donne 2 milliards de dollars au gouvernement de l'Ontario chaque année!

«La LCBO, comme la plupart des détaillants, est une entreprise dont la marge bénéficiaire est très faible» a dit l'an dernier le Conseil consultatif de la première ministre pour la gestion des biens provinciaux, présidé par Ed Clark, anciennement PDG de la Banque Toronto Dominion.

«En combinant les impôts théoriques (dividendes exigés par le gouvernement) aux bénéfices de l'entreprise, la LCBO donne à la direction et aux employés un faux sentiment de rentabilité.» (Voir La LCBO est peu rentable, septembre 2016)

C'est la même chose pour la SAQ qui mêle son profit de commerce de détail (marge financière) avec le milliard exigé par le gouvernement (marge fiscale) qui est en fait une taxe imposée. La SAQ va donc être plus claire en séparant dans ses résultats financiers ses profits d'affaires de la marge fiscale exigée par le gouvernement. Ce sera ainsi plus transparent.

Donc, en résumé, pour revenir à la question du début, la direction de la SAQ rassure nos amis amateurs de grands vins: ils n'auront pas un choc en voyant les prix de leurs vins préférés montés en flèche.

Le beaujolais nouveau 2017

Le beaujolais nouveau semble vraiment passé de mode au Québec.

L'engouement n'est plus. Il est vrai aussi que la qualité n'y était pas. On nous refilait de la piquette bien acidulée et mal aromatisée.

Il y a toutefois des producteurs qui font de vrais efforts pour produire du bon beaujolais nouveau. Mais la grande masse est plutôt le fait de gros négociants en vin.

Le beaujolais nouveau est embouteillé et vendu très vite seulement quelques semaines après la récolte; alors que la plupart des autres vins s'affinent en cave jusqu'au printemps. Dans les années '60 en France, c'était une course à qui apporterait le plus rapidement son vin dans les bistrots de Paris après les vendanges.

La SAQ en commandait 200 caisses en 1975; 40 000 en 1998 — dont les deux tiers vendus dans la même journée — en 2000, ce fut 48 000 caisses — il y avait des files d'attente.

«À cette époque, on célébrait les vins nouveaux dans les restos, les bars et plus de 40 fêtes populaires soulignaient l’événement.

Des files d’attente à toutes les succursales SAQ, tôt le matin, témoignaient de la forte popularité de cet événement auprès des Québécois», se rappelle la SAQ.

Puis ce fut la baisse progressive : 31 885 en 2002; 21 500 en 2005; 14 000 en 2006; 7000 en 2007, 4100 en 2008. La qualité n'était pas au rendez-vous. Nos monopoles achetant des vins acerbes de gros négociants.

Cette année, la SAQ en a commandé 6605 caisses dont 1912 caisses de beaujolais. Les prix vont de 11,85 $ pour le nouveau Care d'Espagne à 19,95 $. (La LCBO de l'Ontario a commandé 8940 caisses de vin nouveau.)

«Malgré le fait que la popularité de l’événement ait connu une forte baisse, quelques inconditionnels prennent toujours plaisir à souligner les vendanges et c’est pourquoi la SAQ n’a pas rompu cette tradition de plus de 40 ans», nous dit la SAQ.

Cette année, la SAQ nous présente son 42e arrivage de vin nouveau. C'est 11 vins nouveaux, dont 4 du Beaujolais, 1 d'Espagne; 1 d'Italie et 5 vins de France.

C'est de 200 à 1200 caisses par produits, donc souvent une ou deux caisses par succursale et il n'y en a pas dans tous les magasins.

Les 4 du Beaujolais sont transportés par avion, ce qui explique en partie le prix élevé. Les autres ont fait le voyage en bateau.

Malgré le peu d'intérêt des consommateurs, chaque année, j'essaie d'en goûter quelques-uns. Je suis allé dans une succursale sélection et il n'y avait qu'une à deux caisses de quelques vins nouveaux. Cette fois-ci, j'ai acheté les vins nouveaux de 2 producteurs réputés du Beaujolais: Jean-Paul Brun et Pierre-Marie Chermette. Ce dernier, étiqueté Gamay Nouveau et non Beaujolais Nouveau est bien meilleur que le premier.

Le beaujolais nouveau c'est festif. C'est une occasion de briser la grisaille de novembre. On en ouvre quelques bouteilles avec des amis. Certains vont détester et médirent du le beaujolais nouveau; d'autres vont aimer le petit côté fruité guilleret. De toute manière, ça fait jaser!

 Le beaujolais nouveau est fait par la méthode de fermentation carbonique. Les raisins sont mis en cuve en entier sans être foulés. Les baies du dessus sont ainsi entières et intactes. La fermentation commence alors à l'intérieur des baies sans être en contact avec l'extérieur de la peau et des levures. Ce processus engendre une forte production de gaz carbonique qui protège le jus de l'oxydation. Les vins qui en résultent sont ainsi moins tanniques et plus légers. Ce processus est aussi utilisé pour assouplir certains carignans. (De Vignes en Vin; Vidéos; IFV)

 

Deux conseils pour le service des vins nouveaux

  1. Servez-les bien frais à 12-14 degrés, donc après 15 minutes au congélateur ou 1 h 30 au réfrigérateur.
  2. Aérez-les fortement, car ces vins vite fait peuvent contenir beaucoup de sulfite.

Les Ontariens aiment le vin de l'Ontario

Près d'une bouteille de vin consommée en Ontario a été produite en Ontario même.

Oui, les Ontariens aiment le vin de leur province. En effet, selon les chiffres de la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO), les vins ontariens représentent 41 % des ventes de vins de la province en volume.

De ce 41 %, 25 points de pourcentage sont vendus par l'entremise de la LCBO, le reste est vendu par les établissements vinicoles de la province.

Les ventes de vin de l'Ontarion ont connu une hausse de 8,5 % en 2016.

Les vins de l'Ontario vendu par la LCBO totalisent 47 millions de litres pour 476 millions de dollars. Les vins de l'Italie c'est 23 millions de litres; ceux des États-Unis 20 millions; ceux d'Australie c'est 11 millions et les vins de France totalisent 9 millions de litres de vente à la LCBO.

En dollars, les vins de l'Ontario représentent des ventes de 476 millions de dollars contre 342 pour les États-Unis; 340 pour l'Italie et 197 millions $ pour les vins de France.

On voit ainsi que le marché de vin en Ontarion est très différent de celui du Québec où les vins de France sont en première place avec 30 % des parts de marché suivis de l'Italie avec 24 % des parts de marché.

______

Source: rapport annuel de la LCBO.

Des hausses de prix à la SAQ

La Société des alcools du Québec a procédé à des hausses de prix de plusieurs de ces vins le 8 novembre dernier. La plupart des hausses sont de 5,10 et 25 cents. Il y a eu aussi des baisses sur certains de ces produits. La SAQ a dit ne pas vouloir d'autres hausses de prix avant le dépôt du budget québécois au printemps prochain.

La directrice des communications de la SAQ, Mme Éliane Hamel nous dit qu' «au total, 979 produits ont augmenté (moyenne de 0,21 $), 1 306 produits n’ont pas bougé et 188 produits ont baissé (moyenne de 0,10$).»

 

En fait, selon les documents internes obtenus par Jean-Michel Genois Gagnon du journal Le Soleil c'est plutôt 1650 produits qui ont été haussés.

Mme Hamel ajoute que «sur les 350 vins en approvisionnement continu communs au Québec et à l’Ontario, 71 % ont un prix égal ou inférieur à la SAQ.»

Rappelons que la SAQ avait réduit de 1,40 $ les prix de 1600 vins depuis novembre de l'an dernier. Ces hausses de la semaine dernière réduisent un peu l'effort qui avait été fait.

Le pourquoi de ces dernières hausses de prix: «Pour les produits qui ont connu des hausses, les facteurs qui justifient cette variation sont valables, ils nous ont été présentés et nous les avons acceptés. Notre volonté de satisfaire nos clients est partagée avec nos fournisseurs et nous travaillons maintenant plus que jamais à en faire plus, ensemble, pour offrir les meilleurs prix», nous dit la porte-parole de la SAQ.

Voici quelques exemples de variation de prix parmi les vins rouges de bon rapport qualité-prix commentés dernièrement. Il est à noter que les hausses sont plus répandues sur les vins à bas prix que sur les vins de plus de 18 $ !
 

Fonte di Nico 2016  8,05$  8,00$
Vila Regia 2016  8,95$  9,00$
Chevalier de Dyonis, Pinot Noir 2015  9,45$  9,50$
Jardins de Meyrac rouge 2016  9,95$ 10,00$
Santi Nero, Pinot Nero 2016 10,50$ 10,60$
Cono Sur, Bicicleta, Pinot Noir 2016 11,10$ 11,15$
Otoñal Joven 2016 11,25$ 11,30$
Carrelots des Amants, Rouge 2014 12,00$ 12,25$
Scià 2015 12,15$ 12,45$
Clos Bagatelle 2016 12,55$ 12,60$
Sirocco 2015 12,55$    -
Tailwind, Gamay Zweigelt 2016 13,45$ 12,95$
Cabral Reserva 2014 13,95$    -
Château la Mothe du Barry 2015 14,55$ 15,05$ 
Tons de Duorum 2015 14,95$     -
Primitivo, Tenuta Viglione 2015 15,25$ 15,60$
Domaine Langlois-Chateau Saumur 2015 16,45$ 16,85$
Dao, Quinta das Maias 2013 16,65$ 16,95$
ΤΕΤΡΑΜΥΘΟΣ, Mavro Kalavrytino, 2015 17,05$ 17,85$
Le Vin Noir 2012 17,40$ 19,15$
Cosme Palacio 2014 17,50$ 17,55$
Veramonte Cabernet Sauvignon 2015 17,50$    -
Château Les Hauts d'Aglan, Cahors 2011 17,55$ 17,95$
Regaleali, Nero d'Avola 2015 17,75$    -
Saint Andéol, Cairanne 2015 17,95$ 18,30$
Tour Bouscassé, Madiran 2010 17,95$     -
Hommage, Cazes, 2014 18,05$     -
Centine, Toscana 2014 18,05$     -
Attilon, Marselan 2015 18,25$ 18,35$
Vino Rosso 2015 18,40$ 17,70$
Le Bordeaux de Citran 2015 18,45$     -
San Felice, Chianti Classico 2015 18,55$     -
La Cuvée Mythique 2014 18,55$     -
Château Paul Mas, Clos Des Mûres 2015 18,55$ 18,60$
M de Magnol 2015 18,65$ 18,60$
Marquis de Bordeaux 2015 18,65$    -
Chinon, Expression 2014 18,90$ 19,35$
Côtes-du-Rhône rouge Guigal 2013 19,25$ 19,70$
Frappato, Scoglitti 2015 19,90$     -
Trentangeli 2015 19,95$     -
L'impromptu 2015 20,55$     -
Chiroubles 2015, Domaine Ruet 20,80$     -
Ijalba Reserva 2013 20,85$ 21,60$
Morgon, Domaine Ruet, Les Grands Gras 2015 21,35$     -
Domaine Lafond, Roc-Épine, Lirac Rouge 2014 21,95$     -
Terres Rouges, Domaine de Saint-Just, Saumur-Champigny 2016 22,00$     -
Bourgogne, Pinot Noir, Les Ursulines 2016 22,35$     -
Cygnus 2013 22,45$     -
Cuvée Grain de Folie N'5, Château Puy d'Amour 2014 22,65$     -
Château La Branne, Médoc 2014 22,75$     -
Bourgueil, La Coudraye 2015 23,40$     -
Château la Tour de L'Evêque rouge 2013 23,40$     -
Heinrich, Blaufrankisch 2015 23,45$     -
Causses Marines rouge, Peyrouzelles 2015 23,60$     -
Bonpas, Vacqueyras, Silbertus 2015 24,35$     -
Le Bourgogne, Chanson, Pinot Noir 2014 24,45$ 25,05$
Vin de Savoie, Mondeuse, La Sauvage, Pascal Quénard 2015 24,50$ 25,25$
Heinrich, Zweigelt 2014 24,55$     -
Château Mont-Redon, Lirac rouge 2015 24,75$     -
Ramnista 2013 24,85$     -
Crozes-Hermitage 2014, Alleno et Chapoutier 24,95$     -
Moulin-à-vent, Vieilles Vignes 2015, Anita Kuhnel 26,40$    -
Côtes Rocheuses, Saint-Émilion 2013 27,25$ 28,00$
Château Romanin la Chapelle 2013 27,75$ 28,00$
Faustino I Gran Reserva 2005 28,45$ 28,50$
Domaine Mega Spileo 2010 28,85$    -
Claudie Jobard, Rully La Chaume 2015 29,45$    -
Château de Haute-Serre 2000 30,00$    -
L'Ecole No41 Frenchtown 2014 30,25$    -
Château Cambon La Pelouse 2014 30,75$    -
Nature d'Ursulines, Bourgogne 2015 30,75$    -
Reine de Nuit, Anita Kuhnel, Moulin-à-vent 2015 31,75$    -
Pesquera, Crianza 2013 31,75$    -
Coeur de Vigneronne, Moulin-à-vent, Anita Kuhnel 2014 34,75$    -
Château de Saint Cosme, Gigondas 2015 42,75$    -

La SAQ voulait faire du rattrapage et aligner ses prix sur ceux de la LCBO. Le journal Le Soleil nous signale ce matin qu'il y a encore beaucoup de rattrapage à faire surtout au niveau de l'offre de vin à bon prix. En effet, d'après les calcul du journaliste Jean-Michel Genois Gagnon, la SAQ offre 787 vins de moins de 15 $; alors que la LCBO en offre près du double.

Voir aussi Le prix du vin à la SAQ: il y a du progrès, mais...
  Radio blvd 102.1 (14 novembre).

Le site Hippo Vino donne d'autres exemples de hausse de prix.

Encore plus de vins bio

Le nombre de vins étiquetés bio a augmenté sensiblement sur les rayons des magasins de la Société des alcools du Québec au cours de la dernière année.

Il est passé de 400 en novembre 2016 à 640 aujourd’hui. (Au format de 750 ml.) Soit une hausse notable de 240 vins.

Rappelons qu'en 2013, il n'y avait que 160 vins bio au répertoire de la société des alcools.

C'est encore peu, 640 vins bio sur un total de 8300 vins à la SAQ, mais c'est un progrès. Il y a de plus 29 mousseux bio sur les 670 au répertoire.

La plupart de ces vins bio proviennent de France, soit 430.

Mentionnons aussi ici que les vins bios ne sont pas tous étiquettés bio à la SAQ.

Ces vins bio sont maintenant mieux identifiés sur les rayons de la Société des alcools du Québec. En effet, les étiquettes de prix des produits bio sont depuis mai de couleur verte alors qu'elles sont blanches pour les vins non bio.

Voici une belle sélection de vins bio d'un bon rapport qualité-prix.

Nom Région SAQ Cote Prixicone de tri
Masi, Tupungato, Passo Blanco 2016 Argentine 2,0 13,55 $
Château la Mothe du Barry 2015 Bordeaux 2,5 14,55 $
Tetramythos, Roditis 2016 Grèce 3,0 14,95 $
Primitivo, Tenuta Viglione 2015 Italie 3,0 15,25 $
Parés Baltà, Cava Brut Espagne 2,5 16,55 $
ΤΕΤΡΑΜΥΘΟΣ, Mavro Kalavrytino, 2015 Grèce 3,0 17,05 $
Château Les Hauts d'Aglan, Cahors 2011 Cahors 2,5 17,55 $
Hommage, Cazes, 2014 Roussillon 3,0 18,05 $
Barone Cornacchia, Montepulciano d'Abbruzo 2014 Italie 3,0 18,10 $
Attilon, Marselan 2015 Provence 2,5 18,25 $
Vignoble du Rêveur, Pierres Sauvages 2013 Alsace 2,5 19,40 $
Château Revelette, rosé 2016 Provence 3,0 19,50 $
Frappato, Scoglitti 2015 Italie 2,5 19,90 $
Trentangeli 2015 Italie 3,0 19,95 $
Calcari, xarel-lo, Parés Baltà 2016 Espagne 3,0 20,00 $
Domaine Lafond, Roc-Épine, Lirac Rouge 2014 Rhône 2,5 21,95 $
Domaine des Huards Romo 2013 Loire 3,0 21,95 $
Terres Rouges, Domaine de Saint-Just, Saumur-Champigny 2016 Loire 3,0 22,00 $
Josmeyer, Le Pinot Blanc, Mise du printemps 2016 Alsace 3,5 22,40 $
Cuvée Grain de Folie N'5, Château Puy d'Amour 2014 Bordeaux 3,0 22,65 $
Domaine d'Orfeuilles, Vouvray, Les Coudraies 2015 Loire 3,0 22,95 $
Château Coupe Roses, Schiste, Minervois Blanc 2016 Languedoc 3,0 23,20 $
Bourgueil, La Coudraye 2015 Loire 3,0 23,40 $
Heinrich, Blaufrankisch 2015 Autriche 3,5 23,45 $
Causses Marines rouge, Peyrouzelles 2015 Sud-Ouest 3,0 23,60 $
Causse Marines, Les Greilles 2016 Sud-Ouest 3,0 24,00 $
Rosé d'une Nuit, Domaine du Deffends 2016 Provence 2,5 24,40 $
Les Perrières, Domaine de Saint-Just, Saumur 2015 Loire 2,5 24,40 $
Domaine de Beaurenard, Rasteau 2014 Rhône 3,0 24,45 $
Vin de Savoie, Mondeuse, La Sauvage, Pascal Quénard 2015 Savoie 3,0 24,50 $
Heinrich, Zweigelt 2014 Autriche 3,0 24,55 $
Alsace 2015, Marcel Deiss Alsace 3,0 24,85 $
Gaun, Chardonnay, Alois Lageder 2015 Italie 3,5 26,35 $
Château Romanin la Chapelle 2013 Provence 3,0 27,75 $
Les Argiles, François Chidaine 2015 Loire 3,5 36,50 $

 

Une application mobile pour la Grande dégustation de Montréal

Une application pour votre téléphone qui peut être pratique pour planifier votre visite à la Grande dégustation de Montréal.

Elle peut vous permettre de vous y retrouver parmi les presque 200 exposants et situer leur stand sur la carte.

On y trouve la liste des producteurs, des produits.
On peut ainsi faire une recherche par vigneron, par vin, par pays, par région, par type de produit et par agence. Sélectionner ses favoris et les retrouver sur place.

De plus, l'application permet de prendre des notes par écrit ou orales.

Vous pouvez la télécharger ici.

Le salon se déroulera du 2 au 4 novembre.

Quelques vignerons à visiter:  J. Laurens; Biondi Santi; Billecart-Salmon; Destieux; Beaurenard; Schlumberger; Dr Loosen; Beyer; Parés Balta; Semeli; Bonhomme; Lungarotti; Rocca delle Macie; Hugel; Guiot; École no 41, Ste Michelle et plein d'autres qu'on ne connait pas encore. Treize maisons de champagne seront aussi représentées.

Le site de la Grande dégustation de Montréal.

Forte hausse des ventes de vin à la SAQ

Les magasins de la Société des alcools du Québec ont vendu 5 millions de bouteilles de vin de plus depuis la baisse des prix.

C'est une hausse de 6,6 % des ventes de vin dans les 407 magasins de la SAQ depuis fin mars.

La direction de la société d'État a réduit de 1,40 $ le prix de ses 1600 vins les plus populaires en 3 vagues, dont la dernière en février dernier. C'est ce qui expliquerait cette hausse des ventes de vin. (En dollars, toutefois, la hausse n'est que de 2,2 millions $, soit une faible hausse de 0,2 %.)

Les ventes de vin stagnaient dans les magasins de la SAQ depuis 2014, mais augmentaient dans les épiceries.

Par ses actions, la SAQ a réussi à inverser cette tendance. En effet, au cours des deux derniers trimestres les ventes de vin aux épiciers ont diminué de 500 000 bouteilles.

Il se peut aussi que la carte de fidélité Inspire ait joué un rôle dans ce renversement. Toutefois, nous n'avons pas de chiffres spécifiques sur les effets de la carte Inspire sur les ventes.

D'autre part, les ventes de spiritueux ont aussi été en hausse au cours des 2 derniers trimestres; soit de 400 000 litres.

Malgré ces hausses des ventes, les bénéfices de la SAQ sont en recul. La SAQ a fait 20 millions de dollars de moins au cours des 2 derniers trimestres comparés à la même période l'année précédente.

Toutefois, la direction du monopole dit que «la SAQ prévoit enregistrer une croissance de son résultat net à la fin de l'exercice grâce aux mesures d'efficience et à ses stratégies commerciales.»

Le tableau suivant montre les variations dans les ventes de vin par trimestre au cours des 4 dernières années. Les quantités sont en litres.

Ventes par trimestre
(millions de litres de vin)
  T1
2014 /2015 /2016/2017
T2
2014 /2015 /2016/2017
T3
2014 /2015 /2016
T4
2014 /2015/2016
Succursales 26,2 /27,5 /26,6/28,4 27,7 /28,9 /29,2/31,1 44,6 /41,4 /42,2 23 /23,6 /26.9
Épiceries 9,6 /9,1 /10,1/9,9 7,9 /9,2 /9,5/9,3 13,1 / 14,1 /14,8 8,4 /8,6 /7,9
@ Compilation de vinquebec.com

  Sources: les rapports annuels et trimestriels de la SAQ.