Un conseiller en vin de la SAQ c'est comme un boucher végétarien

Le boucher n'a pas pu me dire ce que goûtait la pièce d'agneau qu'il était en train de me couper. Pourquoi? Parce qu'il ne le goûte pas. Il m'avoue qu'il est végétarien.

C'est la même chose pour un conseiller en vin de la SAQ. Il ne pourra pas nous dire ce que goûte tel vin. Pourquoi? Parce qu'il n'y a pas goûté.

Faites le test, choisissez des bouteilles de vin sur les rayons de la SAQ et demandez au conseiller ce qu'ils goûtent. Il ne pourra vous répondre parce que 9 fois sur 10 il n'y aura pas gouté.

La direction de la Société des alcools du Québec se targue d'offrir un bon service de conseil en succursale, pourtant elle ne permet pas à ses employés de goûter les vins qu'ils sont chargés de nous vendre!

La SAQ distribue près de 100 nouveaux vins chaque semaine. Chaque succursale reçoit plusieurs dizaines de ces vins. Certaines les reçoivent peut-être presque tous.

Pourtant, lorsqu'on se présente en succursale et que l'on demande ce que goûtent ces vins, on nous répond la plupart du temps qu'on ne le sait pas qu'on n'y a pas goûté.

Comment alors conseiller le client si on n'a pas goûté?

Plusieurs conseillers se débrouillent tout de même. Ils ont appris par coeur les différentes appellations; les noms des producteurs les plus réputés, les meilleurs millésimes par appellation.

Ils savent ce que goûte un muscadet typique, un beaujolais typique. Ils ont étudié les accords mets-vins, mais ne peuvent nous dire si le muscadet qui vient d'arriver est plus acide ou moins acide qu'un autre; si ce nouveau bordeaux est boisé; si ce malbec est velouté ou très tannique. Ils peuvent au plus deviner.

Je ne critique pas ici le travail des conseillers, mais plutôt leurs patrons qui ne leur donnent pas les moyens de bien faire leur travail qui est de donner des conseils pertinents aux clients.

Il est très rare que les conseillers goutent les vins. Ils le font surtout lorsque des représentants des producteurs viennent faire du lobbying et leur font goûter certains vins.

Il m'est même arrivé d'acheter une bouteille de vin jaune dans une succursale où aucun employé présent n'avait goûté à ce type de vin. Un employé m'a alors demandé si je pouvais l'ouvrir pour leur faire goûter. Ce que j'ai fait. Depuis ce jour, au moins ces quatre employés de la SAQ ont goûté à du vin jaune du Jura.

Afin d'assurer un véritable service de conseil, il faudrait que la direction de la SAQ permette aux conseillers de goûter les vins.

L'exemple de la LCBO
Il y a quelques années, je participais à des dégustations à la LCBO de l'Ontario. Chaque mois, les conseillers en vin d'Ottawa étaient détachés pour une dégustation d'une journée. Il y avait plus de 200 vins sur des tables dans la salle de classe et chacun pouvait goûter le nombre de vins qu'il voulait. Chacun avait un verre, un crachoir et un calepin de note.  Les conseillers prenaient des notes et ainsi pouvaient mieux conseiller les clients lorsque ses vins arrivaient en succursale au courant du mois.

En écrivant ce texte, j'ai l'impression de me répéter. Il y a 20 ans j'ai écrit une lettre en ce sens à un patron de la SAQ lui suggérant d'améliorer la formation continue des employés. Il y a eu un petit progrès. Plusieurs ont suivi des cours de l'ITHQ. Mais il y a encore beaucoup à faire.

Si la direction de la SAQ veut affirmer qu'elle offre un bon service-conseil à ses clients, elle devra faire goûter ses vins à ces employés chargés de nous les vendre.

Sujets connexes:
Le conseiller en vin de la SAQ
Les sénateurs de la SAQ