Bordeaux 2006 à la LCBO

Bordeaux 2006La société des alcools de l'Ontario (LCBO) lance sa campagne de Bordeaux Primeur 2006, alors qu'il reste encore de nombreux bordeaux 2005 à écouler.

Il faut dire que les prix des 2005 sont très élevés. Mouton Rothschild ne se vend pas à 850 $, tout comme Cos d'Estournel à 299 $, Montrose 169 $, Ducru 269 $, Léoville 439 $, Yquem 999 $ et Cheval blanc à la modique somme de 1099 $.

Les prix de certains 2006 sont cependant moins élevés: Les Forts de Latour est réduit de 169 $ à 139 $, Cos tombe à 189 $, Pichon-Baron de 199 $ à 139 $; le populaire Sociando de 67 $ à 63 $.

Pour mousser ses ventes, la LCBO publie les notes de Robert Parker qui est très généreux pour les 2006. Il donne beaucoup de 90-92; celles du Wine Spectator, moins généreuses, souvent 85-88; celles de Jancis Robinson qui a de la difficulté à donner du 18/20, préférant noter 17,5 + et 17,5 ++. Les deux dégustateurs de la LCBO donnent des 8,9-9,1 à la ronde.

À noter que les vins les plus chers seront mis en vente plus tard.

De son côté, la SAQ lance son opération similaire le 3 août.

Je ne peux pas m'empêcher de citer ici un lecteur de la revue Decanter qui écrit dans l'édition d'août 2007, «buy now, save later...». Payez maitenant, économisez plus tard.

Vous vous plaigniez que les bordeaux sont devenus trop chers, alors voyez cette scène.

Il y a quelques années, un amateur de vin félicitait un propriétaire de Bordeaux, en lui disant «j'aime beaucoup votre vin. Je l'ai acheté 80 $, il y a quatre ans et je viens de le vendre le double du prix. Bravo!»

Le châtelain qui avait peut-être fait 20 $ de bénéfice sur son vin, se sentait comme le dindon de la farce. Le consommateur-spéculateur avait fait quatre fois son profit et ce n'était portant pas lui qui avait travaillé un an pour produire ce vin.

Alors arriva une année superbe, le soleil, septembre 2005, l'inspiration. Les dindons se sont réveillés: «Vous être prêts à payer 100, 200, 400 $ ou même plus pour mon vin, alors c'est à ce prix que vous allez l'avoir.»

Cette histoire nous rappelle un peu celle des pays producteurs de pétrole qui se sont dégourdis en 1970 en constatant que les pays européens faisaient plus d'argent qu'eux en revendant leur pétrole.

La morale de cette histoire...

Compilations des notes de 25 goûteurs

Vous trouverez sur le site Bertrand Le Guern une compilation énorme des notes de 25 dégustateurs français et anglo-saxons sur plusieurs centaines de vins de bordeaux 2006.

Sur ce site rempli de données statistiques, on y apprend que Robert Parker a donné une note moyenne de 91,8 aux 171 vins qu'il a goûtés. Il avait donné une moyenne de 89,9 aux 2005, mais il avait alors goûté à 484 vins. Le Wine Spectator a donné une moyenne de 86,9 au 470 vins dégustés, mais 88,9 l'année précédente pour 623 vins.

Decanter est le moins généreux pour les 2006, donnant une moyenne de 85,6. Il avait donné un 91,5 aux 2005.

Les vins qui obtiennent les meilleures notes pour l'ensemble de 25 dégustateurs sont le Yquem et le Lafleur.

Liens externes: